Champagne-au-Mont-d’Or devrait passer en « Ville 30 » d’ici la fin du mois d’avril ou dans le courant du mois de mai. (Photo Hadrien Jame)

Après Lyon, Champagne-au-Mont-d’Or va aussi passer en ville à 30 km/h dans quelques semaines

D’ici fin avril ou dans le courant du mois de mai, la commune sautera le pas en abaissant la réglementation à 30 km/h pour "limiter les vitesses excessives". La maire espère surfer sur la communication faite autour de la ville 30 de Lyon. 

Après Oullins, Poleymieux-au-Mont-d’Or ou encore Lyon, le 30 mars, une nouvelle ville de la Métropole va généraliser la vitesse à 30 km/h dans ses rues d’ici quelques semaines. Avec ses plus de 5 500 habitants, la commune de Champagne-au-Mont-d’Or, qui jouxte Lyon au Nord, est confrontée quotidiennement au transit des automobilistes qui cherchent à descendre entre Rhône et Saône, certains ayant alors "tendance à accélérer à ce niveau-là", déplore la maire, Véronique Gazan.

Lire aussi : Passage de Lyon à 30 km/h, les automobilistes doivent lever le pied à partir de ce mercredi

Pour mettre fin à ces "vitesses excessives sur la commune", qui "scandalisent les habitants", l’élue a donc décidé de travailler avec la Métropole pour inverser la logique de vitesse sur sa commune et "apaiser au maximum". Tous les plans ont déjà été dressés, et la commune n’attend que de voir fleurir ses nouveaux panneaux et des ellipses au sol, qui accompagnent le passage en ville 30, qui devrait être effectif "fin avril ou au mois de mai", assure Mme. Gazan. 

Un seul axe reste à 50 km/h

Alors que la quasi-totalité de la ville passera à 30 km/h, exceptée l’avenue Général de Gaule, l’axe principal de la commune où se trouvent de nombreux commerces, qui restera à 50, Champagne espère profiter de la communication faite sur la Ville 30 à Lyon pour sensibiliser les automobilistes et les habituer à la mesure. L’objectif étant, à entendre la maire, "qu’il y ait une prise de conscience de cette vitesse excessive dans les rues et que d’eux-mêmes les gens réalisent que l’on n’est pas obligé de rouler à 70 km/h dans une petite commune comme la notre".

L’idée derrière ce changement de paradigme est aussi de "travailler sur une voirie partagée entre automobilistes et cyclistes car on est une petite ville très urbaine et dense où les piétons, vélos et voiture se côtoient", explique la maire de la commune. Quelques zones de rencontre à 20 km/h ont donc été pensées, plutôt "sur des axes peu passants en termes de véhicules, on ne s’est pas lancés sur des voiries qui sont très empruntées", admet néanmoins l’élue.

Quid des sanctions ?

Afin de faire respecter la "ville 30", un certain nombre d’aménagements ont été entrepris avec notamment l’installation de deux nouveaux ralentisseurs "sur l’avenue Lanessan et un autre dans une petite rue et on va continuer en ce sens, même si sur Champagne on en a déjà pas mal". Ces installations au sol seront accompagnées de la pose d’un second radar pédagogique sur la commune, qui a été inscrit au budget annuel. Du côté des sanctions, Champagne-au-Mont-d’Or devrait au début jouer la carte de la pédagogie avant d’accentuer les contrôles de sa police municipale avec un radar mobile. Toutefois, Véronique Gazan l’assure, "l’objectif ce n’est pas d’être dans le tout sanction, parce qu’on ne pense pas que ce soit ça qui fonctionne". 


"L’objectif ce n’est pas d’être dans le tout sanction, parce qu’on ne pense pas que ce soit ça qui fonctionne. C’est plus qu’il y ait une prise de conscience de cette vitesse excessive dans les rues et que d’eux-mêmes les gens réalisent que l’on est pas obligé de rouler à 70 km/h", Véronique Gazan, maire de Champagne-au-Mont-d’Or


Après Champagne-au-Mont-d’Or, Neuville-sur-Saône devrait aussi prendre le virage de la "Ville 30" et pousser les automobilistes à lever le pied dans ses rues. L’arrêté a été signé par le vice-président de la Métropole Fabien Bagnon, en charge des mobilités, et à en croire Valentin Alamercery, l’adjoint du maire de Neuville-sur-Saône aux mobilités, "la mise en œuvre est pour bientôt. Pour une ville apaisée et un meilleur partage de l'espace public". 

Mois après mois le dispositif Ville 30 prend donc de l’ampleur dans la Métropole alors que la majorité écologiste à la tête de la collectivité "aimerait bien que les 2/3 des habitants de la métropole résident sur une commune à 30 km/h" d'ici la fin de son mandat en 2026.

Lire aussi : 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut