Anneau des Sciences de Lyon : Collomb rassure le BTP après le Medef

Après avoir promis qu'il ferait l'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences au Medef s'il était élu, Gérard Collomb a passé son oral devant la fédération du BTP du Rhône ce mercredi.

Ce mercredi, devant la fédération du Bâtiment et travaux publics du Rhône, le candidat à l'élection métropolitaine, Gérard Collomb s'est voulu rassurant sur le projet d'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences, censé boucler le périphérique de Lyon à l'horizon 2030. Déjà fin 2019, il avait passé un grand oral devant le Medef promettant qu'il ferait le projet s'il était élu.

Devant le BTP, il a assuré que s'il n'était pas parti à Paris pour devenir ministre de l'Intérieur "le projet serait déjà lancé et les appels d'offres auraient pu être réalisés au début du projet mandat". Une manière non dissimulée de faire référence à l'actuel président de la métropole de Lyon David Kimelfeld, l'entourage de Gérard Collomb l'accusant d'avoir freiné le projet ces derniers mois (lire notre interview de David Kimelfeld ici).

La fédération du BTP qui demande la réalisation de ce projet, estimé entre 4 et 5 milliards d'euros, au minimum, a accueilli la nouvelle avec entrain. Il faut dire qu'elle l'attend depuis plus de 30 ans. En 2013, le débat public autour de la question de l'Anneau des sciences avait conclu : " la réalisation de l’infrastructure routière, très attendue par les élus et les entreprises, est vivement contestée par une part significative d’habitants (étalement urbain, nuisances importantes) en raison notamment des problèmes sanitaires et de la qualité de l’air aux abords des sorties de tunnels".

Métro, RER...

Le candidat Collomb en a profité également pour défendre sa volonté "d'alliance de l'écologie et de l'économie". Cependant, les études montrant que l'innovation technologique ne réglera pas le problème de la pollution d'une nouvelle autoroute urbaine commencent à se multiplier (lire ici). Même constat autour du risque de voir une infrastructure devenir un "aspirateur à voiture" à cause du trafic induit.

Gérard Collomb a également abordé les questions de la construction du métro E, de la création de nouvelles lignes pour les TCL, d'un RER à la Lyonnaise. Reste qu'à trois à cinq milliards d'euros minimum pour l'Anneau des sciences, sans le soutien de l'État ou de l'Europe, il ne pourrait pas y avoir de l'argent pour tout construire. La suite dépendra donc des grands choix politiques : privilégier la voiture individuelle ou les transports en commun.

Lyon  : l'idée d'une autoroute "propre" prend encore du plomb dans l'aile

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut