Les lieutenants d’Eric Zemmour en meeting à Lyon

À Lyon, les lieutenants d’Eric Zemmour rêvent d’union des droites

Pour le premier meeting des partisans d’Eric Zemmour à Lyon, ses principaux lieutenants avaient fait le déplacement pour appeler à une union des droites face à “l’enjeu civilisationnel qui est d’assurer la survie de la France”.

De passage à Lyon pour une réunion publique, les lieutenants d’Eric Zemmour ont martelé leur désir d’unir les droites. Après un week-end passé à engranger des soutiens d’anciens cadres du parti de Marine Le Pen, Stanislas Rigault (Génération Z), Guillaume Peltier (transfuge LR et porte-parole d’Eric Zemmour) et Jean-Frédéric Poisson (Via) ont adressé quelques piques à la droite traditionnelle tout en tendant la main à ses élus. Valérie Pécresse est ainsi dépeinte par le trio de lieutenants d’Eric Zemmour en “candidate Macron compatible” qui “ne veut pas gagner à droite”. “Nous voulons que la droite redevienne la droite. Je ne veux plus d’une droite courageuse en campagne, mais qui fait de l’eau tiède et du politiquement correct au pouvoir. Le seul candidat de droite, c’est Eric Zemmour”, assène Guillaume Peltier, ancien numéro 2 des Républicains. Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire LR de 2017, salue, lui, le transgressif candidat Zemmour : “son style peut être direct, râpeux ou brutal, mais nos compatriotes peuvent être exposés à des situations directes ou brutales. Son style nous fait souvent traverser des champs de mines, mais il entre en résonance avec ce qu’attendent les Français”.

Sur les terres de Laurent Wauquiez et Marion Maréchal

Dans le Rhône où Reconquête penche plutôt du côté des anciens du RN, les trois lieutenants d’Eric Zemmour ont tenté de “survendre” leurs transfuges LR: Florence Darbon (ancienne adjointe du 6e arrondissement) ou Jérémy Thien (conseiller régional LR). Reconquête met aussi en avant des personnalités comme Olivier Delucenay issu d’un courant des LR : le mouvement conservateur, survivance de Sens commun lui même émanation politique de la manif pour tous. À Lyon, ville où sont installés Marion Maréchal-Le Pen et Laurent Wauquiez, l’union des droites semble toutefois faiblarde en leur absence. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a fait campagne, ce week-end, avec Valérie Pécresse sur ses terres du Puy-en-Velay. Quant à la fondatrice de l’Issep, elle n’a toujours pas pris position même si certains de ses proches composent l’organigramme lyonnais de Reconquête. “Chacun est responsable en conscience de ses choix. Notre porte est ouverte. Marion Maréchal a aussi parlé d’union des droites (…) Nous voulons mettre à bas le cordon sanitaire inventée par une gauche minoritaire pour empêcher la droite majoritaire. Nombres d’élus de LR ou du RN pose le même constat que nous et avec notre dynamique, ils finiront par venir”, anticipe Guillaume Peltier. À ses côtés, Olivier Pirra, responsable local de Via, assure que des contacts informels existent avec des élus LR lyonnais dont Étienne Blanc tout en assurant ne pas savoir “ce qu’il va faire”.

Rassemblement hétéroclite

Ce lundi soir, les lieutenants d’Eric Zemmour préfèrent retenir à Lyon le millier de militants présents pour ce premier meeting lyonnais. Stanislas Rigault, fondateur de Génération Z, le mouvement des jeunes avec Zemmour, insiste lui sur le côte pionnier de Lyon : “c’est la première ville où il y a eu un collage d’affiche Zemmour président cet été”. “Il y a une réelle dynamique dans le territoire. Reconquête a déjà 2000 adhérents dans le département et 8000 sympathisants. En un mois, nous devons déjà être le premier parti du département. Plus de 1000 personnes se sont inscrites pour ce meeting”, biche Olivier Pirra, responsable local de Via qui avait fait alliance avec le RN et Agnès Marion aux municipales de 2020. Il retrouve d’ailleurs l’ancienne frontiste dans l’aventure Zemmour. Pendant que la conférence de presse s’achève, la salle se remplit. L’assistance mêle des jeunes qui découvrent la politique et des sympathisants aux tempes plus grisonnantes qui sont des abstentionnistes réguliers ou des déçus de LR et/ou du RN.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut