Un groupe d’extrême droite attaque la manif anti-Besson

Article actualisé le 23 janvier à 12h50

Un groupe d’une trentaine de personnes a agressé des manifestants rassemblés contre le débat sur l’identité nationale, organisé ce vendredi 22 janvier à Lyon.

Il est 17h45, à l’angle de la rue Dunoir et de l’avenue de Saxe (Lyon 3e). Rassemblés à l’appel de plusieurs organisations politiques* (lire article) depuis plus d’une heure contre la tenue d’un débat sur l’identité nationale, environ 400 manifestants crient et lancent des slogans hostiles à Eric Besson,à son ministère de l’immigration et à son débat. C’est à ce moment-là qu’un groupe d’une trentaine d’individus foncent sur la queue du rassemblement. Les slogans fusent “la France aux Français”, des bras se tendent façon salut nazi. Rapidement, ils sautent sur les personnes à leur portée. Certains utilisent des bombes lacrymogènes, d’autres sont armés de chaînes de vélos.

Les militants anti-fascistes, présents sur les lieux, répondent. Bagarre. Après plusieurs assauts, ils parviennent à chasser le groupe d’extrême droite de l’autre côté de l’avenue. Ceux-ci prennent la fuite dans les rues du quartier. Bilan de l’affrontement côté manifestants : un arcade sourcilière ouverte, un haut de crâne sanguinolent et, manifestement, une jambe cassée. Les pompiers, prudents sur le diagnostic, ont emporté la personne à l’hôpital, la jambe immobilisée.

La police protège Besson mais pas les manifestants

La poignée de membres de la police nationale n’ont pu qu’asperger de bombe lacrymogène les assaillants, arrosant au passage davantage les manifestants que les contre-manifestants d’extrême droite. Les CRS, quant à eux, sont arrivés après l’affrontement. Et à l'heure où nous postons cet article, aucune personne n'a été arrêtée. Pourtant, le quartier a été placé sous haute sécurité. Bouclé. Depuis 16 heures, les rues proches de la préfecture sont interdites au stationnement et à la circulation automobile. La ligne T1 du tramway ne fonctionnait plus. Environ quatorze camionnettes de CRS et dix cars de gendarmes mobiles stationnaient sur les voies au niveau de l’arrêt Saxe-Préfecture. Sans compter les autres véhicules positionnées dans les rues adjacentes.

“Les individus d’extrême-droite ont passé un par un les barrages de police”, justifie un policier en civil. Difficile à croire pour les premiers manifestants qui ont vu débouler sur l’avenue de Saxe les assaillants en groupe. En tout état de cause, le dispositif de sécurité n’était pas pensé pour protéger les manifestants d’une agression d’extrême droite.

Les Identitaires et “Indépendants du stade" accusés

Pour les militants antifascistes, aucun doute, ils ont repéré des militants des Jeunes identitaires lyonnais, baptisés Rebeyne. Un groupe d’extrême droite, affilié au Bloc identitaire, qui revendiquent une cinquantaine de membres à Lyon. Selon ces mêmes militants antifascistes, parmi les gros bras, il y avait des "supporters de l’Olympique Lyonnais Indépendants”. Peu avant l’agression, le président de SOS Racisme Rhône, Bruno Sauvé, avait pris la parole au mégaphone pour expliquer ce rassemblement contre le débat sur l’identité nationale : “ce débat a libéré les paroles racistes”. Le débat de Lyon sur l’identité nationale a démontré qu’il n’avait pas libéré que la parole.

Article actualisé le 23 janvier à 12h50 :

  • Démenti de Rebeyne

Damien Rieu de Rebeyne a tenu à démentir à Lyon Capitale l'implication de son groupe dans l'attaque de cette manifestation en marge du débat sur l'identité nationale. Dans un mail adressé à la rédaction, Damien Rieu explique que "les interventions des identitaires se cantonnent à des actions médiatiques (vidéos, manifestations, happening, événements) et non à des interventions violentes et inconsidérées".

*Liste des premiers signataires de l'appel : Amoureux Au Ban Public, FIDL, HES, MJCF, Jeunes NPA, JRG, Jeunes Verts, LDH, MJS, MRAP, RESF, SOS Racisme, UNEF

La manifestation anti-Besson en vidéo

à lire également
Les agriculteurs confrontés à des difficultés économiques, sociales et techniques peuvent monter un dossier pour qu'un expert vienne réaliser un audit de leur exploitation et qu'ils puissent bénéficier d'un accompagnement personnalisé. Dans le Rhône, les candidatures doivent être envoyées avant le 14 septembre. 
78 commentaires
  1. Webmaster - 23 janvier 2010

    Bonjour 'inutile', n'étant pas intervenu directement sur la modération de l'article (bien que nous veillons à ce que les contributions restent constructives), je souhaiterais savoir quel commentaire fut censuré ? Cordialement

  2. Webmaster - 23 janvier 2010

    Bonjour, suite à relecture des commentaires, certains d'entre eux ont été supprimés pour leur caractère beaucoup trop violent ! Nous vous rappelons que si nous apprécions le débat, nous n'hésiterons pas à censurer tout commentaire portant atteinte à la dignité humaine ! Le débat d'idées sur Lyon Capitale.fr demande à chacun de respecter un minimum de courtoisie, et à plus forte raison lorsqu'il s'agit de sujets aussi sensibles que ceux traités ici. Merci de bien vouloir respecter cette règle. Cordialement

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut