Sanofi
Siège mondial de Sanofi-Pasteur à Gerland© Camille Padilla

Sanofi suspecté d’avoir noté les salariés pour licencier facilement

Le géant de l’industrie pharmaceutique, dont le siège français est à Lyon, a envoyé à l’AFP un communiqué dans lequel l’entreprise se défend d’avoir “pratiqué du ranking forcé”, une pratique américaine consistant à classer les salariés en catégories pour licencier les moins bien notés.

Le syndicaliste FO Pascal Lopez pourrait porter l'affaire en justice. Dans le sillage de révélations à propos de l'existence d'une "liste noire" de 200 salariés à licencier dans le monde (dont 77 en France) par l'entreprise Sanofi, France Inter a mené l'enquête. Dans son émission Secrets d'info, de nombreux témoignages de salariés interrogent sur le fait que l'entreprise ait pu sous-évaluer les notes de certains salariés pour s'en débarrasser plus facilement. En France, 7 000 cadres sur les 30 000 mondiaux qui travaillent chez Sanofi sont évalués par une méthode de notation qui conditionne leurs bonus.

Un pourcentage de licenciements décidé par avance ?

Si le fait de noter les salariés n'est pas interdit, la pratique américaine du "ranking forcé" est illégale à partir du moment où l'entreprise a défini au préalable des quotas sur un nombre de personnes à licencier. Pour le syndicat FO, des dirigeants de Sanofi Aventis Groupe ont "décidé par avance d'un pourcentage d'évaluations négatives" de 10 % à la fin de 2015 et de 15 % ramenés à 7 % en 2016. Très rapidement, l'entreprise a réagi aux accusations. Sur le fond, l'entreprise ne nie pas l'existence de potentielles "dérives", mais réfute que le ranking forcé ait "été envisagé par l'entreprise". "Si des dérives ont pu être observées, il s'agit d'initiatives individuelles contraires à nos valeurs et d'exceptions qui appellent toute notre vigilance", écrit l'entreprise dans son communiqué.

à lire également
Grève hôpital Edouard Herriot 15 février 2017
Le 7 mars, les syndicats hospitaliers appellent à la grève dans toute la France, avec un grand rassemblement prévu à Paris. En préparation de cet événement national, les syndicats FO, CGT et SUD de l'hôpital Édouard Herriot de Lyon organisaient une grève mercredi 15 février. Alors qu'une cinquantaine de personnes étaient réunies devant l'hôpital, ils sont montés voir la direction, qui les a reçus pendant plus d'une heure et demie.
1 commentaire
  1. d - 10 juin 2017

    ' qui consiste a classé ' Vraiment ? 2 fautes en 2 mots ! Merci pour mes yeux !

  2. nico-yzfr6 - 11 juin 2017

    Déjà dit et redit, mais les journalistes s'en foutent, à Lyon, c'est le siège de Sanofi Pasteur, qui fait des vaccins ! Le siège de Sanofi (médicaments) est à Paris !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut