Le musée d’Art contemporain en pleine crise… sociale

Le syndicat CGT du musée d’art contemporain appelle à la grève. À l’origine de ce grincement de dents, les différences de traitement induites par le nouvel organigramme de l’institution. Le mouvement qui devrait se maintenir jusqu’au 28 septembre, coïncide avec l’ouverture de la nouvelle exposition “Cage’s Satie”

L’art connaît la crise… sociale ! Les représentants de la CGT du musée d’Art contemporain (MAC) de Lyon ont déposé un préavis de grève pour les journées des 26, 27 et 28 septembre, avec pour mot d’ordre “Oui à l’art contemporain, non au personnel comptant pour rien !” Mercredi dans l’après-midi la direction annonçait que 69 % des salariés étaient grévistes.

À l’origine de cette colère, la publication par la direction d’un nouvel organigramme avec de nouvelles fiches de poste. Élaboré dans le cadre d’une mise en conformité du musée avec les règles de la fonction publique, cet organigramme est contesté par les agents du musée, qui dénoncent notamment une différence de traitement entre les services collection, exposition et médiation. L’immense majorité du personnel du MAC déplore une surdité de la direction et s’inquiète de ses multiples provocations, peut-on lire dans le communiqué de la CGT ce mercredi. “Force est de constater une cristallisation des mécontentements autour de ce projet, qui fait ressortir avec plus d’acuité que jamais le déficit de gestion des ressources humaines au sein de cet établissement culturel”, affirme le syndicat.

"Cela se saurait si la direction était à ce point contestable"

Des accusations que la direction conteste : “Nous réfutons totalement les termes employés par la CGT, déclare ainsi François-Régis Charrié, le secrétaire général du musée. Thierry Raspail est directeur depuis quinze ans, cela se saurait si sa direction était à ce point contestable.” Par ailleurs, une concertation préalable a déjà eu lieu le 25 septembre “aboutissant à des avancées pour les grévistes”, affirme la direction, qui note que “la plupart des employés n’ont d’ailleurs fait grève qu’une heure”. “Il s’agit plus d’une grève symbolique que d’une réelle volonté de contrecarrer le fonctionnement du musée”, estime François-Régis Charrié. Le musée est resté ouvert toute la journée, aucun blocage n’est prévu pour les jours à venir.

Une grève "à contrecœur"

“La charge de travail est telle qu’on ne peut se permettre une journée entière de grève, se justifie une gréviste. Nous aimons notre métier, nous aimons le musée, c’est pourquoi nous cherchons le dialogue plus que le blocage.” Pour elle, le nouvel organigramme ne fait que cristalliser des tensions qui régneraient “depuis plusieurs années” entre la direction et le personnel. Évoquant une grève déclenchée “à contrecœur”, cette employée n’abonde pas dans le sens de la direction : “38 personnes qui font grève, on ne peut pas dire que ce soit symbolique, c’est au contraire la preuve que le personnel ne se sent pas entendu.”

Le musée devrait rester ouvert tout au long des prochaines journées de grève, qui correspondent à l’ouverture de la nouvelle exposition du MAC : Cage’s Satie.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut