Une sonate en miam majeur, parfaitement maîtrisée, jouée avec la plus grande délicatesse et sans sourdine par Clément Lopez @Romane Thevenot
Article payant

Restaurant. L’Artichaut, atout cœur de Lyon

Une cuisine simple, de saison et avec beaucoup de goût. La révélation de la rentrée.


C’est la belle surprise de cette rentrée. Un joyau niché au cœur du quartier historique d’Ainay. Loin des regards, à la lyonnaise. L’Artichaut, c’est le restaurant du très charmant hôtel de l’Abbaye, un "boutique-hôtel" (ambiance d’une maison privée) quatre étoiles.

Cabillaud, cresson de fontaine, légumes du primeur, jus iodé
@Romane Thevenot

Une enveloppe historique florentine de type roman flamboyant, pensée par l’architecte Claude-Anthelme Benoît – à qui l’on doit une dizaine d’églises dans la région – et qui, dès 1852, abrite le presbytère de la basilique Saint-Martin d’Ainay, située juste en face. Quelques années plus tard, au début du XXe siècle, la municipalité du très laïc Victor Augagneur décide de convertir le presbytère en école pour garçons. 2017, les Hospices civils cèdent le bâtiment aux enchères. Arthur Laeuffer, originaire d’Annecy-le-Vieux, acquiert le bien, "émerveillé du potentiel". Après neuf mois de travaux et d’aménagement, le petit hôtel design de vingt et une chambres ouvre. Un restaurant lui est accolé, L’Artichaut, clin d’œil à l’un des plats les plus mythiques de Lyon, les fonds d’artichaut au foie gras de la mère Fillioux et de la mère Brazier.

Sonate en miam majeur


Il vous reste 68 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut