Nicolas Le Bec, cuisinier à l'Opéra Garnier ?

Comment et pourquoi ? Dans les coulisses du projet.

Ils forment le quatuor le plus en vue de Paris, la bande de trentenaires la plus décoiffante, et la plus inspirée du moment. Ils ? Les frères Pierre-François et Jean-Philippe Blanc, Addy Bakhtiar et Nicolas Le Bec. Les deux premiers sont restaurateurs branchés à Paname : l'un, issu des rangs studieux de l'EM Lyon, tient la méditerranéenne Villa Spicy, le second dirige l'italien Findi. Addy Bakhtiar, lui, est l'un des rois de l'événementiel parisien, à seulement 34 ans. A son actif, une dizaine d'établissements, dont la très tendance salle de concerts du Showcase ou le Black Calvados, réputé pour les extravagances culinaires de l'ex-femme du chocolatier Pierre Hermé. Quant à Nicolas Le Bec, on ne le présente plus : le cuisinier deux-étoiles de la rue Grolée (2e) est, sans conteste, le chef de file de la nouvelle génération des cuisiniers français : talentueux, atypique, passionné, ambitieux.

Un cahier des charges très pointilleux

Depuis un an, les quatre copains (Nicolas Le Bec a rencontré ce petit monde par l'intermédaire du père Blanc, qui l'avait connu aux Fermes de Marie, à Megève) peaufinent un projet que le Tout-Paris convoite : le futur restaurant de l'Opéra Garnier dont l'ouverture est prévue fin 2009. Le projet remonte à plusieurs années, mais l'appel d'offres date du 1er mars 2007. Plusieurs dossiers ont été déposés, dont celui du chef Yannick Alleno, trois-étoiles au Meurice, selon Le Figaro, daté du jour. Malgré la réputation du chef et son ancrage parisien, il semblerait que la proposition du " gang des 4 " soit la plus en vue. Si le projet a pris autant de temps, c'est que le cahier des charges est très pointilleux, l'architecte en chef des bâtiments historiques suivant le dossier d'on-ne-peut-plus près.

" Une carte ethnique et une cuisine saine "

" C'est un gros morceau, tout nécessite réflexion, rien n'est simple " confirme Pierre-François Blanc. Pour autant, Addy Bakhtiar a déjà pensé les lieux : " l'endroit sera contemporain mais s'imprégnera de l'identité du lieu. Il faut avoir la sensation d'être dans l'Opéra ". Côté casseroles, Nicolas Le Bec a imaginé une carte ethnique, avec de bons produits autour d'une cuisine saine. "Il faut faire quelque chose à la hauteur de l'Opéra sur le côté des sens. A l'Opéra, on a les oreilles et les yeux qui sont déjà sollicités , à nous d'apporter le nez, la bouche et le toucher ".

Le conseil d'administration de l'Opéra doit se prononcer définitivement sur les différents dossiers "avant l'été " explique Benjamin Beytout, directeur adjoint du développement de l'Opéra Garnier. Le restaurant, qui comptera 170 couverts en salle et 170 en terrasse, côté façade nord-est, doit ouvrir d'ici la fin de l'année 2009.

-----------------------------

Le Bec, survitaminé

Le 26 juin, Nicolas Le Bec ouvrira L'Espace Le Bec à l'aéroport Saint Exupéry, 800 m2 de restaurant et de bar lounge. Le 15 janvier prochain, le jeune chef survitaminé ouvrira un deuxième restaurant de 1 000 m2 aux Salins du Midi. Quant à son écrin de la rue Grolée (2e), un de ses " employés " devrait le racheter.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut