Reynon

Le meilleur traiteur de Lyon : tout est bon chez Reynon !

Entrer chez Reynon, c’est mettre un pied au paradis de la charcuterie.

Reynon ()

Faisans farcis truffés ordonnés en rang d’oignons, pâté Saint Hubert, saucissons à cuire aux morilles ou aux truffes qui pendent, bien alignés selon la taille, pintades fermières de Challans, tête roulée pistachée gargantuesque, andouillettes, quenelles lyonnaises au brochet, pâté en croûte Richelieu, terrines, jambon à l’os...

Reynon ()

Difficile de ne pas succomber à cet attirail de compétition mondiale. D’autant que la maison, fondée peu avant la première guerre mondiale, reste aujourd’hui l’une des très rares de cet acabit à être encore 100 % artisanale. Et à préparer l’Oreiller de la Belle Aurore : entre Noël et le Jour de l’An, dix pâtés de trente deux kilos chacun sont confectionnés.

Reynon ()

L'Oreiller de la Belle Aurore, un monument de gastronomie

Oreiller de la Belle Aurore. Le nom sonne si bien. La recette, mythique, remonte aux temps de Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826), fin gastronome à qui l'on doit la magistrale Physiologie du Goût. Entre Noël et le jour de l'An, la charcuterie Reynon (13, rue des Archers – 2e) en propose dix. Pas un de plus. Trente deux kilos à la pesée. Mis à part quelques patrons de bouchons (Gelin à La Meunière...) ou Paul Bocuse (sur commande), Reynon est la seule boutique lyonnaise, l'une des très rares françaises à notre connaissance, à perpétuer la tradition. Dans cet oreiller là, pas de duvet, mais des gibiers à poils et à plumes, farcis distinctement. Treize au final, avec ris de veau, foie gras, truffes, cuits pendant huit heures. Du grand art version Premier Empire

Lyon, capitale de la cuisine bourgeoise ? Sans hésitation.

Reynon ()

Reynon. 13, rue des Archers. Lyon 2e. 04 78 37 39 08.
http://reynonlyon.com/
Expédition possible

à lire également
Christophe Guilloteau © Tim Douet
Trois ans après la création de la métropole de Lyon, le département du Rhône n’est pas forcément le parent pauvre annoncé au moment du big-bang territorial. S’il peine à exister publiquement et à justifier son utilité, il tire en revanche profit, financièrement, d’une scission qui penche en sa faveur.
2 commentaires
  1. corgnolon - 23 décembre 2010

    Quel beau métier que journaliste gastronomique !

  2. Tello - 24 décembre 2010

    Pas trop dur le reportage ? C'est vrai que L'Oreiller de la Belle Aurore est absolument fantastique. C'est pas donné...Mais bon, au moins une fois !

  3. mezig - 1 janvier 2011

    Ah ce passage toujours fin gourmet mais bien trop loin pour écouler nos tikets restau en seulement une heure pour déjeuner.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut