La tête de veau de Gérard Sénélar, à Lyon, un monument !
Article payant

Carpe Diem, le temple de la tête de veau

Le restaurant du mois de Lyon Capitale. Déjeuner au Carpe Diem est un acte fondateur du bien-manger lyonnais.

On ne va pas se raconter de bobards, le roi de la tête de veau, c’est Gérard Sénélar. Le scrabble ? La pêche ? Le cochonnet ? Très peu pour lui. À 90 ans, le doyen des chefs lyonnais encore en activité a eu beau essayer de s’arrêter il y a quelques années, il devenait fou selon ses propres mots. Le cuisinier de la rue Molière a visiblement pris du dramaturge une tirade du Dépit amoureux : "On ne meurt qu’une fois et c’est pour si longtemps !" Dit autrement, le travail c’est la santé.
Grâce lui soit rendue puisque les amateurs de veau trouveront ici de gourmands élysées. Parce que c’est véritablement dans cet immeuble, daté de 1865, qu’on peut acter de la présidence de la République de la tête de veau. Si, dès 1900, un confiseur y était installé, c’est surtout dans les années 1935 que le lieu faisait parler de lui – cabaret dansant L’Escale – avant de glisser vers le bar à champagne. L’histoire en gardera de formidables banquettes imitation peau de léopard.

Il vous reste 73 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut