Euro 2016 : à Lyon, le match des supporters a bien eu lieu

Présents en nombre dans les rues du Vieux-Lyon ce samedi, les Irlandais ont mis une ambiance de feu à la veille du huitième de finale les opposant aux Bleus. Le tout dans une ambiance très amicale, avec de larges sourires et, quand même, quelques chants français.

C'est confirmé, les Irlandais méritent bien leur titre de meilleurs supporters de l'Euro ! Ils l'ont prouvé aux Lyonnais ce samedi soir dans les rues du Vieux-Lyon, à la veille du huitième de finale qui se disputera ce dimanche à 15 heures au Parc OL. Résistant à la marée verte, les supporters bleus ont quand même réussi à se faire entendre face à la gouaille et au coffre irlandais. Le tout dans une ambiance fraternelle et responsable. Certains fans nettoyant mêmes les places du verre vide qu'ils y avaient laissé.

Un fumigène craqué en pleine rue Saint-Jean, des supporters irlandais aux joues teintées de bleu-blanc-rouge place du Change ou sur le parvis de la cour d'assises et des Lyonnais en vert -non vous ne rêvez pas-, tous le monde avait le coeur à la fête.

 

Tout au long de la soirée, les Irlandais ont repris le chant de leurs voisins du nord, troquant le désormais célèbre "Will Griggs's on Fire" pour un "Shane Long's on Fire", du nom de l'attaquant vedette de l'équipe au trèfle.

 

Côté français les "Giroud's" ou "Payet's" "on Fire" ont eu plus de mal à prendre. Mais des supporters polonais de West Ham, le club de l'attaquant français, ont néanmoins repris une ode à sa gloire. Place du Change, plus tard dans la soirée, ce "We've got Dimitri Payet", lancé dans l'après-midi par des Français, est devenu un véritable hit !

 

Comme à Bordeaux il y a quelques jours les policiers lyonnais, désormais habitués à la ferveur irlandaise, ont eu droit à leur chanson personnalisée.

 

à lire également
Maxence Caqueret à l’entraînement © Stéphane Guiochon / MaxPPP / PHOTOPQR Le Progrès
Le milieu de terrain Maxence Caqueret, 19 ans, sous contrat avec son club formateur jusqu’en 2023, a hâte de faire ses débuts en Ligue 1. Portrait d’un jeune timide qui respire le football.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut