gabriac

Salut nazi : le jeune élu exclu du FN

Auditionné ce mardi par la commission des conflits du parti, Alexandre Gabriac a reçu un blâme, suite aux photos parues dans la presse le montrant en train d'exécuter un salut nazi. Dans la foulée, Marine Le Pen, la présidente du mouvement, l'a exclu. Bruno Gollnisch se dit "stupéfait" de la mesure.

Avec l'avènement de Marine Le Pen à la tête du parti, le FN a changé d'ère et tient à le faire savoir. Alexandre Gabriac en est le symbole, sacrifié sur l'autel de la respectabilité. Le jeune élu régional a accédé à une notoriété nationale depuis que la presse a publié des photos le montrant en train d'exécuter le salut nazi, l'une d'elle le présentant devant un drapeau à croix gammée. Pour cela, la formation d'extrême droite l'avait déjà suspendu, entre les deux tours des cantonales - il était candidat dans l'Isère. Ce mardi, il passait en commission des conflits du parti. Et il a reçu un blâme.

"Notre parti respecte les valeurs de la République"

Dans la foulée, Marine Le Pen a prononcé son exclusion. "C'est une formalité : pour qu'un membre soit exclu, il faut que la commission des conflits se soit prononcée, explique Steeve Briois, secrétaire général du mouvement et bras doit de Marine Le Pen. Nous voulons que l'opinion retienne que ceux et celles qui ont ce type de comportements ne sont pas les bienvenus dans notre parti qui respecte la démocratie et les valeurs de la République. Des groupuscules les accueilleront à bras ouvert". La décision ne tombe-t-elle pas un peu vite alors qu'une enquête vient d'être ouverte par le Procureur de la République de Grenoble ? Que se passera-t-il si l'élu est blanchi ? "Nous ferons notre mea-culpa. Mais il y a différentes photos prises dans des occasions différentes...".

"Il a fait une connerie"...

Cette décision ne surprend pas, tant Alexandre Gabriac passe pour être un soutien de Bruno Gollnisch, le challenger de Marine Le Pen. Laquelle s'emploie à dédiaboliser son mouvement. Conseiller régional FN, Christophe Boudot "déplore" cette mesure. "Alexandre conserve toute mon amitié", insiste-t-il. "Il a fait une connerie", lâche-t-il à Lyon Capitale. Est-ce à dire que selon lui les photos sont bien réelles ? Ne s'agit-il pas de photomontages, comme l'intéressé le prétend ? "Il y a les deux", avance l'élu, embarrassé. Bruno Gollnisch s'est dit "incrédule", "stupéfait". "J'ai la peine à croire que Marine Le Pen qui est en vacances en Thaïlande à 10.000 km de là ait pu prononcer une telle exclusion", nous a-t-il confié. Siégeant parmi les membres de la commission, il raconte que celle-ci avait conclu au fait qu'il n'y avait pas de "preuve matérielle" de la véracité des clichés.

Selon Bruno Gollnisch, si Alexandre Gabriac a reçu un blâme, ce n'est pas pour le salut nazi, mais pour ne pas avoir communiqué au parti sa condamnation pour injures à caractère raciste et violences volontaires, alors qu'il était mineur, dans ses documents de candidatures aux élections régionales et cantonales. Et à croire le challenger malheureux de Marine Le Pen à la présidence du FN, Jean-Marie Le Pen qui siège au sein de la commission était sur la même ligne que la majorité des participants.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut