Cantonales 2e tour © tim douet_0220
© Tim douet

Pour Collomb, les Roms n'ont pas vocation à s'intégrer

"Ces populations n'ont pas vocation à s'intégrer". Le maire a donné son sentiment, lundi 14 octobre, sur la place des Roms et des demandeurs d'asile à Lyon à six mois des municipales.

Une fois n'est pas coutume, le maire de Lyon s'est exprimé, lundi 14 octobre, sur le sort des SDF d'origine étrangère vivant dans des bidonvilles à Lyon. Devant le tour qu'a pris la semaine dernière la polémique autour du camp de demandeurs d'asile vivant sous le pont de Perrache à Lyon 2e (250 personnes), Gérard Collomb a fait le compte tous azimuts en conseil municipal de l'offre de logements offerte aux SDF à Lyon. "2 579 places d'hébergement d'urgence, 2 800 places en Centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada) et à l'hôtel, et 840 places ouvertes de novembre à avril dans le cadre du plan froid. Soit un total de 6 219 places offertes dans le Rhône. On ne peut pas dire que l'effort d'offre est nul" a commenté le maire. "Mais chaque fois que l'on ouvre des places, il y a plus de demandes" a-t-il aussitôt regretté.

"Que ceux qui nous donnent des leçons viennent nous le dire !"

Trois semaines après avoir signé une tribune dans le Journal du dimanche en soutien à l'expulsion des camps de Roms par Manuel Valls, Gérard Collomb a précisé sa pensée sur les Roms : "des citoyens européens comme les autres, qui ont autant de droits que les autres (...) Mais "ces populations n'ont pas vocation à s'intégrer dans le pays. Elles viennent ici parce qu'elles ont des difficultés dans le leur" a jugé le maire.

"On ne serait pas assez dans la générosité ?, a questionné le maire. Il s'adressait aux groupes communiste et GAEC qui l'interpellaient lundi au détour du vote d'une subvention. Mais où y a-t-il un autre Tinca en France ? Que ceux qui nous donnent des leçons viennent nous le dire !", s'est emporté Gérard Collomb. Il faisait référence à l'aide du Grand Lyon, 100 000 euros dépensés annuellement en direction de la ville de Tinca en Roumanie et qui visent à contenir les migrations pendulaires des Roms à Lyon en finançant les infrastructures nécessaires dans leur pays.

Perrin-Gilbert veut en débattre

La maire du 1er, Nathalie Perrin-Gilbert (en congé du PS, photo ci-contre), candidate aux municipales, n'a pas manqué de réagir.

"Nous aurons l'occasion de débattre de la théorie de l'appel d'air que vous défendez, mais ce n'est ni le lieux ni l'endroit", a-t-elle asséné, avant de corriger :

"Non, monsieur le maire, les Roms ne sont pas des citoyens européens comme les autres, ils n'ont pas le droit de travailler".

"Ils vont avoir le droit au travail et ce sera un problème, a répondu Gérard Collomb. "Ce sera une problématique en tout cas à gérer".

Depuis des mois, l'opposante n'était plus intervenue en conseil municipal. Elle a saisi la balle au bond ce lundi.

Guillaume absente

Sylvie Guillaume quant à elle, adjointe aux affaires sanitaires, sociales, et à la solidarité était absente du conseil municipal hier. Député européenne et spécialiste de la question des Roms, elle n'a donc pas pu s'exprimer en conseil municipal. Contactée par Lyon capitale, elle n'a pas non plus "souhaité réagir à une 'tirade du maire' qu'elle n'a pas entendue".

Sur son blog, la député lyonnaise estime que le problème des Roms relève d'"une réponse européenne". Elle regrette globalement que les Roms fassent "l’objet de polémiques en France et en Europe. Plutôt que de céder à une simplification du discours et à une précipitation qui font le jeu des partis se nourrissant des peurs et des frustrations, nous devons réfléchir et agir de façon équilibrée sur cette problématique complexe".

Pour finir sur les demandeurs d'asile campant sous le pont kitchener à Lyon depuis trois mois, le maire a souligné hier l'important turn-over de ces personnes et rappelé l'action de l'OFII auprès d'eux. Il a estimé à 213% l'augmentation du nombre de demandeurs d'asile en provenance des Balkans depuis le premier semestre 2012 à Lyon, une "immigration économique" qui n'a pas vocation à y trouver refuge selon lui.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut