Assises du roman : où l’on parle de la guerre et du corps


Par Kevin Muscat
Publié le 01/06/2017  à 18:17
Réagissez

Pour ceux qui penseraient que les Assises du roman sont un truc d’intellos, réponse ce vendredi avec une soirée où il sera impossible d’échapper au corps. Avec Harry Parker, Isabelle Autissier et William Finnegan.

Harry Parker © Mathieu Bourgois
© Mathieu Bourgois
Harry Parker.

Harry Parker : l’épreuve de la guerre sur le papier

La guerre est un sujet qui revient régulièrement aux Assises, particulièrement lorsqu’elle est racontée par ceux qui l’ont vécue. Après Kevin Powers en 2014, c’est au tour du Britannique Harry Parker, ancien de l’Irak et de l’Afghanistan (où il perdit ses deux jambes) qui, avec Anatomie d’un soldat (C. Bourgois) traduit à travers des objets l’épreuve de la guerre et l’infinité de manières d’en rendre compte.

Un romancier en prise avec la guerre – Vendredi 2 juin à 18h aux Subsistances.

 

Isabelle Autissier et William Finnegan © Francesca Mantovani / DR (montage LC)
© Francesca Mantovani / DR (montage LC)

Isabelle Autissier et William Finnegan : des corps sublimés

L’une est une navigatrice mondialement connue, première femme à avoir bouclé un tour du monde en compétition, devenue écrivain. L’autre, un journaliste-grand reporter du New Yorker dont l’autobiographie, Jours barbares (prix Pulitzer), fait état d’une passion folle pour le surf cachée pendant des décennies comme on cache une addiction. Isabelle Autissier et William Finnegan, dans leurs livres (mais aussi pour Finnegan dans ses articles fruits de longues immersions) disent les corps éprouvés par la pratique du sport et du monde. Et parfois la survie que sublime la littérature.

Le corps à l’épreuve du monde – Vendredi 2 juin à 19h aux Subsistances.

 

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.