montage Tanguy Viel 353
© Patrice Normand (montage LC)

Tanguy Viel à Quais du polar : polar ( ?) de Brest !

Il était récemment à la Fête du livre de Bron, les librairies lyonnaises se l’arrachent (il était à Passages en janvier et sera à La Voie aux chapitres le 5 avril) et il est étudié à l’ENS. Mais qu’est-ce que les Lyonnais trouvent donc à cet écrivain brestois ?

La littérature de genre qui ne dit pas son nom, pour ne pas dire le policier qui s’ignore, c’est le créneau pas forcément prémédité de Tanguy Viel depuis quasiment ses début en littérature. Mais tentez de le faire avouer, il niera en bloc, ou presque, lâchera quelques indices par-ci par-là, qui conduiront l’auteur ou le critique à faire ses propres recoupements.

Ce que Tanguy Viel travaille avant tout, en bon auteur “Minuit” (et ce bon, il faut l’entendre dans toutes ses acceptions) c’est la langue et le récit. C’est encore et surtout le cas dans son dernier roman, Article 353 du Code pénal, tout frais lauréat du Grand Prix RTL-Lire, dans ce qui s’apparente à… un polar.

Un homme l’a amer

Voici l’histoire d’un homme, Martial Kermeur, qui dès les premières pages du livre commet un crime – ainsi auteur et lecteur sont débarrassés –, jetant à la mer lors d’une partie de pêche ce qu’on croit être un ami mais se révèle être un agent immobilier véreux. Cela, on le saura dans les pages qui suivent. Article 353 du Code pénal se nourrissant du long récit, étalé sur plusieurs années, que fait au juge d’instruction chargé de l’affaire Martial Kermeur (ancien ouvrier de l’arsenal de Brest ayant la lose en héritage) de tout ce qui a précédé ce crime. Sa vie, son œuvre de perdant, son fils, cette arnaque immobilière à 500 000 euros, l’arrogance de l’arnaqueur et ses promesses surréalistes de bâtir une station balnéaire dans la rade de Brest et, en toile de fond, la déliquescence du monde social. Un récit comme une catharsis pour Kermeur, qui convoque la question de la violence comme réponse éthique à la violence sociale et qui, plus qu’expliquer le crime, d’une certaine manière, le sauve.

Tanguy Viel / Article 353 du Code pénal, éditions de Minuit, janvier 2017, 176 p.
Tanguy Viel à Quais du polar :
Rencontre Le noir leur va si bien : trois écrivains à la lisière du polar
(avec Marcus Malte et Ron Rash)
Vendredi 31 mars à 17h, à l’hôtel de ville de Lyon / Entrée libre / Gratuit
Pour découvrir le reste du programme de Quais du polar 2017, lire : Lyon en rouge et noir pour trois jours
à lire également
Mêler journalisme et polar dans une revue trimestrielle, l'idée ne pouvait germer que dans l'esprit de Stéphane Damian-Tissot, ancien journaliste lyonnais branché justice, fan de polars et lecteur assidu de Truman Capote. Avec Yannick Dehée, patron des éditions Nouveau Monde, il lance en 2016 Sang-Froid, véritable ovni littéraire qui s'est imposé depuis sur les tables de chevet du monde de la justice.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut