Soie : Lyon encore dans le coup ?

L'occasion de revenir sur la fabrication de ce tissus précieux et de savoir si, aujourd'hui,les soyeux lyonnais sont toujours dans la place.

1. Où sont les vrais Canuts ?
Le Canut lyonnais travaille le fil de soie sur un métier Jacquard, de manière très artisanale. Il n'existe plus aujourd'hui, en tout cas de manière significative. Les quelques Canuts qui exercent encore produisent de la soie pour les musées et les monuments historiques, ou pour quelques clients fortunés (Emirats, Amérique, diaspora chinoise...).

Quelles sont les sociétés actives ? Tasinari & Chatel ou La maison des Canuts. En résumé, il y a très peu de production pour une activité haut de gamme. La soierie des Canuts est un peu la vitrine historique lyonnaise du textile.

2. Où fabrique-t-on le fil de soie ?
La culture de vers à soie et donc, la production du fil de soie se fait essentiellement en Chine et, de plus en plus, au Brésil. La raison étant que la Chine, principale productrice du fil de soie, a intérêt à s'intégrer au tissage, teinture, impression pour prendre plus de valeur ajoutée. Elle commence à menacer les producteurs d'articles finis européens qui encouragent donc la production de fil au Brésil.

3. Où se trouve la filière industrielle ?
Une fois le fil de soie fabriqué, il reste cinq étapes à la confection du tissus : le tissage, le décreusage (préparation à la teinture), la teinture, l'impression, l'apprêt et la confection.

La filière industrielle de la soie est encore très présente en France, et d'autant plus dans la région. Pour le tissage, on peut citer Perrin, Verrel de Belval, Bucol à Pierre-Bénite ou Sfate et Combier, qui tient la dernière boutique d'usine en centre ville.

4. Qui sont les principaux concurrents ?
Les Italiens sont les vrais concurrents de la production de soie française depuis plus de 30 ans. Entre autres raisons : un manque de volonté d'investissement des soyeux lyonnais dans l'outil industriel, une plus grande flexibilité car les structures italiennes sont de petites sociétés de moins de 10 employés, une grande créativité et du professionnalisme. Il faut rappeler que les soyeux italiens ont en partie permis le développement de la soierie lyonnaise à la Renaissance.

Peu présents dans le haut de gamme, la Chine et l'Inde cherchent à développer leur production de soierie. Une soie qui, selon les industriels de la région, serait encore du très bas de gamme... Mais l'Asie n'a certainement pas dit son dernier mot.
Le marché des soies
Troisième édition du marché des soies, vitrine lyonnaise de ce qui se fait dans la haute couture et du prêt-à-porter de luxe. De Galliano à Saint Laurent, de Gaultier à Lanvin, vous aurez quatre jours pour vous faire plaisir entre cachemires, lainages, taffetas, mousselines, velours et satins de soie. Bienvenue aux élégantes et amatrices de belles matières. L'événement, reflet de la créativité des adhérents du groupement Intersoie, aura pour invité d'honneur cette année Gérald Watelet, créateur et styliste belge, inconditionnel des soieries lyonnaises.

Le Marché des Soies, vente exceptionnelle de soieries et d'accessoires du jeudi 22 au dimanche 25 novembre 2007 au Palais du Commerce, place de la Bourse, Lyon 2e.

Horaires : le 22 novembre de 14h à 19h, les 23, 24 et 25 novembre de 10h à 19h. Renseignements : 04 72 53 72 00

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut