Agrume street art
© Agrume

Lyon : ville de cœur du street art

Le street art, c’est comme une chasse aux trésors à ciel ouvert. On aime à se perdre dans les ruelles lyonnaises et tenter de dénicher la pépite. Le street art, c’est aussi toute une communauté d’artistes aguerris qui se partagent les murs de la ville et cherchent à interpeller les passants. Un point commun : l’amour inconditionnel de Lyon.

Big Ben, street art © J. Rodriguez

© Julia Rodriguez

Don Mateo, l’humain avant tout

Don Mateo, street art © J. Rodriguez

© Julia Rodriguez

Pour cet ancien des beaux-arts, l’art de rue c’est surtout le meilleur moyen d’exprimer sa liberté artistique. Sa technique de prédilection, c’est le collage, et ses sujets ce sont les gens. "Les personnages que je peins sont des personnages qui dégagent une émotion, une attitude dans le regard." Don Mateo a beaucoup voyagé, notamment en Espagne, dont il s’est inspiré pour son nom d’artiste. Pourtant, depuis quatre ans, il a posé ses valises à Lyon et ne semble pas décidé à repartir. "Je suis super bien à Lyon, c’est une super ville, à taille humaine, il y a un dynamisme culturel, de beaux espaces." Investi dans de nombreux projets d’exposition, il s’est déjà fait sa place dans le microcosme artistique lyonnais et au-delà.

Don Mateo, street art © J. Rodriguez

© Julia Rodriguez

Birdy Kids, les entrepreneurs

Birdy Kids, street art © J. Rodriguez

© Julia Rodriguez

Il y a quinze ans de cela, Guillaume, Gauthier et Stéphane commençaient à disséminer leurs drôles d’oiseaux. Ils ont pas mal voyagé en France, mais ça fait dix ans que le trio travaille principalement à Lyon et cinq ans tout juste qu’ils ont décidé de se professionnaliser. "On a voulu élargir nos compétences et en faire un métier." Les toiles, les T-shirts, les expos, les Birdy Kids n’ont plus une minute à eux. Pourtant, ils sont attachés à la rue, pour eux, "c’est ce qu’il y a de plus intéressant", pouvoir faire de la peinture sans intermédiaire, pour les gens. Avec Internet et les réseaux sociaux, ils se forgent une notoriété qui leur fait espérer une ouverture "à l’international". Leur entreprise est à Lyon et cette ville a servi de moteur pour leur carrière artistique. "Ce n’est pas le laxisme de la police qui nous a fait rester ici, mais à Lyon il y a toutes les choses que les jeunes recherchent, des expos, des activités, des sorties."

Birdy Kids street art © Camille Padilla

© Camille Padilla

Rezine, l’artiste multitâche

Rezine street art © J. Rodriguez

© Julia Rodriguez

Graffiti, peinture, sculpture, light graff, ce Lyonnais a plus d’un pinceau dans sa sacoche. Avant tout attaché à sa ville, il "représente la ville de Lyon". "Il y a vraiment de beaux projets comme Confluence, c’est une ville très belle qui a du potentiel et c’est moins oppressant que Paris." Pour lui, le street art doit se renouveler, ne pas se contenter d’être un nouveau "pop art". "Agressif, piquant", c’est ainsi que Rezine définit son travail. Pour lui, les vrais street artistes ne sont pas des vandales, ils respectent le lieu dans lequel ils travaillent et cherchent à produire quelque chose d’harmonieux avec l’espace.

Rezine, street art © J. Rodriguez

© Julia Rodriguez

Agrume, le dernier de la bande

Agrume, street art © Agrume

© Agrume

Lyonnais d’adoption, il a découvert la ville et ses murs customisés il y a deux ans. "En arrivant à Lyon, j’ai rencontré des gens qui m’ont donné les outils pour faire ça à mon tour." Ses collages de glaces personnifiées qui fondent ou de chiens interpellent par leur couleur et la positivité qui s’en dégage. "J’aime beaucoup personnifier les éléments de l’éphémère, les glaces savent qu’elles vont fondre et j’essaie de faire un parallèle avec la condition de l’homme." "La ville de Lyon est assez impressionnante, belle et mystérieuse, un peu secrète", c’est aussi son terrain de jeu favori où il peut faire évoluer son dessin jour après jour. Actuellement en BTS de graphisme, il souhaite un jour pouvoir vivre du street art. Une ambition qu’ils partagent tous mais qu’une poignée d’entre eux arrive à concrétiser.

Agrume, street art © Agrume

© Agrume
à lire également
La manifestation contre la réforme des retraites a rassemblé entre 21 000 et 35 000 personnes ce jeudi à Lyon. Si quelques tensions ont eu lieu, la manifestation s’est plutôt bien déroulée. Aucun blessé n’est à déplorer.
2 commentaires
  1. FOurs - 15 décembre 2014

    et il y en a dans toute l'agglomération : http://bechevelin.canalblog.com/archives/2013/02/22/26312374.html , pas toujours signés, dommage !

  2. Street-art-lyon.com - 17 décembre 2014

    Pour aller un peu plus loin (agenda, vernissage, carte, article...) il existe un site sur le street art lyonnais. De magnifiques photos et des parcours restent à faire dans notre belle ville de Lyon.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut