André Soulier © Tim
© Tim Douet

Affaire Barbarin : “un procès en sorcellerie” pour son avocat

Pointure du barreau, maître André Soulier remet en cause les accusations dont est victime le cardinal Barbarin, qu’il défend.

Un scandale judiciaire annoncé. Pour maître André Soulier, le cardinal Barbarin, son client, se retrouve pris dans une "vindicte" vengeresse. Les plaintes déposées par plusieurs victimes accusant l'archevêque de Lyon d'avoir couvert les actes pédophiles du père Bernard Preynat font aujourd'hui l'objet d'une enquête préliminaire du parquet. L'avocat appelle donc à la retenue face aux nombreux témoignages. Il ne comprend d'ailleurs pas comment autant de victimes ont pu se taire pendant aussi longtemps. "C'est le doute qui me fait avancer", justifie André Soulier, qui déplore un procès public à l'encontre de son client, basé sur des témoignages et non des faits avérés. "Un procès en sorcellerie", en somme, pour l'avocat.

“Un scandale de la République”

N'ayant pas accès au dossier d'accusation concernant Bernard Preynat – "Je n'ai pas encore fait la demande, mais elle me sera refusée", l'information judiciaire étant en cours –, Me Soulier refuse de se prononcer plus avant. "Je ne dirai rien tant que je ne saurai pas tout", lâche l'avocat, qui affirme par ailleurs ne rien savoir des plaintes déposées à l'encontre de son client. Il rappelle aussi que l'acte de non-dénonciation est "un délit instantané", à partir du moment où la personne a connaissance des faits – en 2007 en l'occurrence – avec un délai de prescription de trois ans.

Déjà sec lundi, le ton de l'avocat est monté d'un cran ce mardi, après qu'un nouveau témoignage a mis en cause les agissements pédophiles d'un second prêtre, qui officiait dans le quartier de la Croix-Rousse et aurait également profité du silence du diocèse. "Je suis consterné par ce procès qui défie les lois de la République", s'agace Me Soulier, renouvelant avertissements et appels à la retenue. Alors que plusieurs personnalités dont le Premier ministre, Manuel Valls, ce matin, se sont exprimées sur la situation du cardinal, l'avocat est furieux de voir les accusations se multiplier sur la place publique. "Je proteste contre ce qui va devenir un scandale de la République", s'insurge-t-il. Et de conclure : "Heureusement, la justice est épargnée."

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut