En short et baskets, il tente l’ascension du mont Blanc...et disparaît


Par Guillaume Lamy
Publié le 16/08/2017  à 12:10
Réagissez

Le peloton de gendarmerie de haute montagne de Chamonix a lancé, mercredi 16 août, un appel à témoins suite à la disparition d’un trailer dans le massif du Mont-Blanc... Le 21 juin, l’ultratrailer Kilian Jornet avait posté une vidéo de son ascension du mont Blanc en short et baskets.

mont Blanc ()

"Il serait parti en short et en baskets." Joint par téléphone, le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix a précisé à Lyon Capitale l'appel à témoins qu'il a lancé mercredi 16 août en fin de matinée. Un homme de 46 ans, mesurant 1,80 m pour 75 kilos, aux cheveux bruns et courts, serait parti mardi 15 août du parking de Crozat, à Bionnassay, pour faire l’ascension du mont Blanc, via la voie normale du Goûter. Il aurait pris le départ en "mode trailer, en short et en baskets". Comme Kilian Jornet, l'un des meilleurs ultratrailers mondiaux avec le Beaujolais François d'Haene, qui le 21 juin dernier publiait sur sa page Facebook une vidéo live où il s’exclamait : "C'est assez fou d'être ici au sommet du mont Blanc en T-shirt et short, à 4 810 mètres !" On le voit marcher sur l'arête sommitale. Et même repartir en courant... où on le voit saluer une cordée de trois alpinistes.

Alors que l'Ultra-trail du Mont-Blanc – qui est au trail ce que la Diamond League est à l'athlétisme – débute le 28 août à Chamonix (8 000 coureurs sont attendus), les esprits semblent s'échauffer et les performances “ultraterrestres” de Kilian Jornet stimuler à outrance certains trailers inconscients.

  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3/5 (9 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.