Pour être informé en temps réel, cliquez ici FIL INFO
vendredi 25 avril 2014

Collomb et Mercier s'entendent pour tuer le département du Rhône


Par Paul Terra
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 03/12/2012  à 17:46
7 réactions

Michel Mercier et Gérard Collomb
© Tim Douet

En toute discrétion, Gérard Collomb et Michel Mercier sont tombés d'accord pour chambouler le paysage politique local : ils se partagent le département en deux. Sur son territoire, le Grand Lyon héritera des compétences du conseil général qui s'occupera, lui, uniquement du Beaujolais. En jeu aussi le Grand Stade, Rhônexpress et le musée des Confluences que Gérard Collomb prendra en charge "en compensation".

Gérard Collomb et Michel Mercier vont faire, mardi, le premier pas vers un nouvel acte de la décentralisation qui constituera un big bang politique au niveau local. Les deux élus qui président respectivement le Grand Lyon et le conseil général devraient dévoiler leur vision commune pour l'organisation politique de leur territoire. Pour faire simple, ils veulent couper le département du Rhône en deux.

carte ()

Gérard Collomb hériterait sur le territoire du Grand Lyon des compétences du conseil général en plus de celle dont dispose déjà la communauté urbaine. Michel Mercier, lui, ne serait plus qu'à la tête d'un département replié vers le nord. "Il présiderait le conseil général du Beaujolais et des Monts du Lyonnais", observe Max Vincent, conseiller général centriste de Limonest. Ce scénario pourrait entrer en application dès 2014.

Le département amputé du Grand Lyon ne concernerait ainsi plus que 400 000 administrés au lieu de 1,7 million actuellement. Michel Mercier et Gérard Collomb devraient faire cette annonce mardi matin, une semaine après avoir reçu le feu vert de la ministre de la décentralisation Marylise Lebranchu. Le gouvernement souhaite développer ce type d'initiatives qui simplifient le mille-feuille administratif français à défaut de le dégraisser.

 
------------ Carte : en bleu la communauté urbaine de Lyon, en rouge, le nouveau conseil général du Rhône

Les élus absents des négociations

Ce grand chambardement politique s'est noué dans l'ombre et porte la marque de ces deux grands élus locaux. Ils se sont rapprochés en coulisses sans jamais consulter les élus de leurs assemblées respectives. Michel Mercier n'a prévenu sa majorité que jeudi dernier. Gérard Collomb a, lui, réuni les conseillers généraux socialistes ce lundi à 17 heures pour leur présenter les grandes lignes de la conférence de presse qu'il tiendra ce mardi avec Michel Mercier. Ce dernier fera un compte rendu auprès de l'ensemble des conseillers généraux, mardi, dans la foulée de son allocution avec Gérard Collomb. "Sur ce coup, aucun élu n'a été concerté. Tout s'est joué directement entre Gérard Collomb et Michel Mercier. Que ce soit Thierry Philip ou Michel Forissier, ils ont vu passer les missiles au-dessus de leur tête", s'amuse un habitué des couloirs du conseil général.

À l'aune du grand chambardement de la nouvelle organisation territoriale, l'écologiste Raymonde Poncet relit différemment l'actualité récente du conseil général. "Quand Michel Mercier a crée le syndicat départemental de transport en marge du Sytral, il préparait déjà le repli vers un conseil général du Beaujolais. Tout a été fait dans le mépris des élus qui n'ont jamais été informés. Nous avons voté des délibérations pendant des mois en aveugle, sans voir ce qu'il se passait réellement dans les soubassements", râle Raymonde Poncet.

Le musée des Confluences sous pavillon Grand Lyon

Dans les faits, cet acte de décentralisation ne va pas entraîner la disparition d'un échelon administratif mais seulement clarifier le rôle de chacun. Au nord de Lyon, le conseil général est compétent. Sur le territoire du Grand Lyon, la communauté urbaine dispose des pleins pouvoirs. Elle administrera le RSA, gèrera les collèges des 57 communes qui la composent en lieu et place du conseil général. Dans ce mécano en devenir, des gros dossiers vont aussi passer du département à l'agglomération. "Le musée des Confluences et la garantie du financière pour le Grand Stade relèveront demain de la compétence du Grand Lyon", note Dominique Nachury, vice-présidente du conseil général et seule députée UMP lyonnaise. Elle aurait aussi pu citer le tramway Rhônexpress.

musée ()

"Ces transferts se feront dans le cadre de négociations. Pour le musée des Confluences, il faudra que le conseil général fournisse des données claires. Pour les prêts toxiques, nous regarderons aussi. Il ne suffira pas de couper la poire en deux", prévient Thierry Philip, président du groupe PS au conseil général et maire du 3e. Si les négociations entre Gérard Collomb et Michel Mercier ont déjà pris corps, il reste encore quelques points sensibles comme l'aéroport dont le département comme le Grand Lyon détiennent des parts. "Gérard Collomb veut récupérer l'aéroport, mais surtout pas le territoire. Les communes sont à droite, et leur intégration au sein de la métropole pourrait faire basculer sa majorité", souffle un conseiller régional.

Une sortie honorable pour Mercier

Derrière un accord politique entre deux barons locaux comme Gérard Collomb et Michel Mercier, il convient inévitablement de se poser cette question : qui gagne quoi ? Pour Michel Mercier, le gain est politique. Aujourd'hui, il dirige une assemblée où il dispose d'une majorité hétérogène et menacée. Demain en amputant le conseil général des cantons du Grand Lyon, il disposerait d'une majorité cousue main. Les socialistes n'auraient plus que deux élus et le groupe UMP diminueraient de moitié. Avec ses amis centristes, il aurait les coudées franches. Ce repli sur le Beaujolais avec un probable siège à Villefranche-sur-Saône pourrait aussi sonner pour Michel Mercier l'heure de la retraite.

Michel Mercier © tim douet ()
© tim douet

Président depuis 1991, cette réforme pourrait constituer une bonne occasion d'honorer sa promesse de laisser la main à un nouveau président. Il pourrait dès lors se consacrer à ses ambitions locales à Thizy et nationale au Sénat. Il partirait auréolé d'une réforme qui ferait du Rhône un département pionnier en matière de décentralisation. La métropolisation aux dépens du département va, en effet, dans le sens de de la modernité. "Michel Mercier est arrivé à un stade de sa carrière où il a un raisonnement qui dépasse sa personne. Il a été ministre et il se demande aujourd'hui ce qui est le meilleur pour son territoire. Et puis, il veut être maire de Thizy donc, avec la réforme du cumul des mandats, il ne se sent pas concerné par le conseil général du Beaujolais", note Thierry Philip, son opposant au conseil général.

Les pleins pouvoirs pour Collomb

Gérard Collomb est lui aussi gagnant dans cette opération. Le Grand Lyon bénéficiera de compétences nouvelles et élargies. Comme Michel Mercier, il jouira aussi grâce à la création d'une "métropole européenne" du statut de réformateur. À titre personnel, s'il est réélu à la tête du Grand Lyon, il disposera des pleins pouvoirs dans le sud du département et d'une palette de compétences qui lui permettra de ne pas regretter un mandat de sénateur qu'il abandonnera, en 2014, sur l'autel du non-cumul des mandats.

Dans le cadre des transferts de compétences et de charges, il héritera de la garantie financière que sa majorité politique à géométrie variable lui a empêché de faire passer au Grand Lyon. En échange, il récupèrera un dossier encore plus épineux : le musée des Confluences. L'addition est passée de 60 millions au lancement en 2002 à 300 millions d'euros aujourd'hui. Les frais de gestion promettent eux aussi de déraper. Surtout, Gérard Collomb n'a jamais été un grand partisan de ce dossier. La métropolisation et le Grand Stade valent bien quelques compromis.


à lire également
  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.4/5 (11 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
7 commentaires

L'UMP et le PS, quatre partis qui savent s'entendre.

Signaler un abus | le 03/12/2012  à 19:47 | Posté par  JC  

Si on était le premier avril, personne croirait une telle féodalisation du département.

Signaler un abus | le 03/12/2012  à 23:11 | Posté par  carton rouge  

Mais hélas voila nous ne sommes pas le premier avril !

Signaler un abus | le 03/12/2012  à 23:22 | Posté par  lyonnais  

Merci à LYON CAPITALE d'oser aborder de telles vérités qui font peur .....

où est la démocratie ?

Lyonnais, vous savez dans quelle urne mettre votre confiance, et si vous ne savez pas, on va vous y aider

Signaler un abus | le 03/12/2012  à 23:57 | Posté par  ATPLF (anti Tout Pour Le Fric)  

C'est le modèle lyonnais en action, l'oligarchie triomphante!

Signaler un abus | le 04/12/2012  à 09:19 | Posté par  Collombitude  

Quid de ma question , nous n'allons plus faire parti du Rhône? Villefranche sur Saône (nouveau chef lieu) devra ce construire un nouveau Hôtel du Département du Rhône, il devra s'appeler 69 A et le Grand Lyon 69B et 2014 c'est presque aujourd'hui ?!

Signaler un abus | le 04/12/2012  à 11:41 | Posté par  lyonnais  

Y'a-t-il une VRAIE OPPOSITION à Lyon?? Non,visiblement pas.
Le "roi soleil" peut donc briller et faire ce qu'il veut.
Quqnd est-ce que les lyonnais se rendront compte qu'on est (mal) gérés par des incapables.Avec l'argent des autres c'est facile.Où s'arrêtera la mégalomanie de l'un et l'incompétence de l'autre? sans réelle opposition,pas de démocratie,juste une dictature

Signaler un abus | le 29/12/2012  à 22:04 | Posté par  founet69  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
Retrouvez tous nos articles
L'attaquant brésilien de Benfica Rodrigo Lima célèbre son but face à la Juventus Turin en demi-finale aller d'Europa League le 24 avril 2014 à...
L'attaquant colombien du FC Séville Carlos Bacca (à gauche) célèbre son but avec le Croate Ivan Rakitic (au centre) et le Portugais Daniel Carri...
Un ballon de basket
Une femme marche dans les rues de la favela de Cantagalo près de Copacabana, où un jeune danseur a été tué, à Rio de Janeiro le 23 avril 2014
La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine à Paris le 22 avril 2014
La centrale nucléaire de Fessenheim le 9 avril 2013
Un train à Kinshasa le 8 novembre 2006
Le tennismen espagnol Rafael Nadal contre Ivan Dodig au Tournoi ATP de Barcelone le 24 avril 2014 à Barcelone
Le président François Hollande délivre un discours pour les commémorations du génocide arménien, 99 ans après, à Paris le 24 avril 2014
Le nageur américain Michael Phelps à l'entraînement au Skyline Aquatic Center le 24 avril 2014 à Mesa, Arizona
La maison de New Malden où ont été retrouvés morts trois enfants le 23 avril 2014
Un policier irakien sur un lit d'hôpital à Hilla le 24 avril 2014 après avoir été blessé dans une attaqu à la bombe
Dominique Alderweireld, connu comme "Dodo la Saumure", au palais de justice de Tournai le 22 mars 2012
L'ancien coureur cycliste américain Lance Armstrong, lors d'une conférence de presse le 28 février 2011 à Los Angeles
Le journaliste américain Simon Ostrovsky, pour le site américain Vice News, ex-correspondant de l'AFP à Moscou, le 8 octobre 2004
Vue du 36 quai des Orfèvres à Paris
Mourad Papazian (c) co-président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) le 16 décembre 2013
Des patrouilles de police devant le bijoutier  Chopard au centre de Cannes, au sud-est de la  France, le 17 mai 2013
  Plus d'info d'info
boutique LC
Dossier-municipales-156px
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
Une fois de plus une histoire de fromage . Bon on est en France et nous en comptons plus que...
Posté par  kaoetic  le 24/04/2014 18:46

Ce sont ceux qui profiteront de places gratuites, de loges, d'accès routiers VIP... au stade Aulas.
Posté par  carton rouge  le 24/04/2014 11:22

Quelle nécessité d'avoir des vices présidents ? la seule bonne raison, le doublement de l'indemnité.
Posté par  Robes Pierre  le 23/04/2014 08:42

les "traites", je ne sais pas, mais pour ce qui concerne les traitres, ne serait-il pas judicieux de réserver ce...
Posté par  lyonceau  le 22/04/2014 19:44

On est dans le jeu politicien. Ne serait-il pas judicieux de réserver les mots "trahison" et "traitres" à des situations...
Posté par  lyonceau  le 22/04/2014 19:38