Cathy Dubois, vainqueur du Trail des Passerelles du Monteynard 2018

UTMB : “Pour tout finisher, il y aura performance !”

Cathy Dubois gère l'Appart Fitness de Beynost. Traileuse de haut niveau originaire de Villeurbanne, elle a fait partie de l'équipe de France de trail, terminé 4e aux championnats du monde de trail en 2009, gagné deux fois la SaintéLyon et elle est montée sur la 3e marche du podium de La Diagonale des Fous en 2010 et de l'UTMB. Entretien.

“Quand un UTMB annonce 10 000 m D+, il s’agit aussi de 10 000 m D-”

Quels conseils donnerais-tu pour aborder les longues descentes d'un ultratrail ?
Cathy Dubois : Ménagez-vous... La route est longue ! La descente est toujours dangereuse, avec des risques de chute, de blessures, et dangereuse sur le plan musculaire avec un traumatisme excentrique important. Le muscle des cuisses doit amortir le corps, il encaisse donc beaucoup ! Restez toujours vigilant : le regard, l'attention, la vision rapide. Se pencher vers l'avant avec l'esprit du baudrier qui nous tracte par le pontet par le nombril. Restez détendu, non crispé, les appuis souples. Soyez économe, orientez-vous vers une marche rapide s’il le faut et minimisez toujours les impacts.

Que faut-il entendre par l'expression “un trail se gagne en montée et se perd en descente” ?
(Rires.) Il faut être bon en montée et assurer en descente. Cela veut dire qu'il faut TOUT travailler : le travail en côte, avec du fractionné court et du long dénivelé K1 K2 ; le travail en descente, sur sentier technique et sur route. En gros, bien travailler le travail excentrique... où les cuisses sont bien sollicitées. Le travail du développement de la force est également important pour prévenir des blessures, des traumatismes, pour augmenter la tolérance aux charges de l'entraînement puis de la course elle-même. Ainsi, vous gagnez en efficacité technique.

Croix du Bonhomme, col de la Seigne, refuge Bertone, grand col Ferret, Tête aux Vents, etc. Des montées mythiques de l'UTMB qui intimident rien qu’à l'évocation de leur nom. Comment les attaquer et bien les gérer ?
Toujours avoir l'envie, étape par étape. Il faut que je retrouve mes plans pour me remémorer ces fameux cols ! Nous les oublions vite, mais ils restent magiques, car ce sont de si beaux paysages et des panoramas grandioses !

Conseilles-tu l'usage de bâtons ? Comment s'en servir au mieux ?

Oui bien sûr, l'usage des bâtons soulage considérablement les membres inférieurs. Il faut bien se préparer avant et faire de nombreuses sorties avec. Des sorties longues et même du fractionné en 30"30" par exemple.

Que prônes-tu pour la gestion du sommeil ?

Avoir une hygiène sérieuse les trois semaines précédant la course. Il faut s’entraîner à faire des sorties, des courses en nocturne avec un entraînement de nuit et parfois avec de la fatigue accumulée de la journée.

Et concernant l'alimentation ?
Il faut tout tester en amont, les barres et les boissons. Et lors de sortie longues il faut tester aussi les alimentations type soupes, vermicelle, riz...

Quelles sont les erreurs à éviter dans ce genre de course ?
Partir avec des chaussures neuves, ou des affaires non testées auparavant. Partir sur un régime trop fort, ne pas s'alimenter, s'hydrater régulièrement.

Quels sont les points clés pour gérer et réussir un ultra type UTMB ?

Avoir l'envie, la niaque ! Garder la motivation tout au long de son entraînement et lors de sa course est plus facile si cet ultra est considéré comme une aventure, une expérience, une chance. Cet objectif doit être désiré, mais il faut prendre du recul... pour ne pas être en déception en cas d'échec (qu'il faut envisager si blessure ou annulation de l'épreuve en cas de météo catastrophe...). À chacun son chrono, son défi, le coureur doit se faire plaisir, chercher sa performance. Pour tout finisher, il y aura performance !

à lire également
330 kilomètres, 24 000 mètres de dénivelé positif, le Tor des Géants, ans la vallée d'Aoste, est considéré comme l'une des courses d'ultra trail running les plus exigeantes de la planète. Un Savoyard vient de le boucler. 93 heures 31 minutes. C'est le temps ahurissant qu'a mis Thierry Ador, du club de Meribel Sport Montagne, […]

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut