Crédit photo : Pierre Raphoz

Trail : le Marathon du Mont-Blanc saturé huit mois à l'avance ?

Pour le Marathon du Mont-Blanc, l'un des trails les plus techniques de France, la demande est supérieure à l'offre. Pour avoir une chance d'y participer, les coureurs s'y prennent huit mois à l'avance.

Alors que les députés entament, ce lundi après-midi, le marathon budgétaire à l'Assemblée nationale, les adeptes de la course à pied en montagne, eux, se bousculent pour se pré-inscrire au Marathon du Mont-Blanc.

Le MMB est aujourd'hui l'un des gros événements estivaux de trail (27 au 30 juin), au point que la demande est supérieure à l'offre.

L'offre, c'est le dossard tant convoité et la demande, le coureur qui va gigoter non-stop jusqu'à la proclamation des résultats du tirage au sort (le 8 novembre à 14 heures sonnantes). Car il y a tirage au sort pour les trois courses majeures du MMB. Il y a, en effet, ni plus ni moins que 2 300 places disponibles pour la course reine, le marathon (42 km – 2 730 m D+), 1 000 pour le 90 km (91km - 6 220 m D+) et 2 000 pour le 23 km (23 km – 1 680 m D+).

4 fois plus de demandes que de dossards

Pour l'édition 2018, l'organisation a enregistré près de 14 000 demandes pour 5 300 places. Soit, 2,6 fois plus de demandes que de dossards disponibles. Rien que pour le "23 km", créé en 1979 (alors appelé "Cross du Mont-Blanc"), près de 4 000 trailers s'étaient inscrits au tirage au sort. La moitié avait été recalée. Pour le "90 km", considéré comme l'un des trails les plus techniques de France, ils étaient environ 2 000 à vouloir le courir.... pour seulement 1 000 places.

Autant dire qu'avant d'espérer courir les sentiers autour du mont Blanc, les coureurs seront une pléiade à rafraîchir leur page marathonmontblanc.net ! Le serveur n'a qu'à bien se tenir.

En somme, un marathon avant le marathon.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut