Le hashtag tire ses origines du français, il faudra pourtant dire "mot-dièse" sur Twitter

La Commission générale de terminologie et de néologie a encore frappé. Sur les réseaux sociaux, comme Twitter, il ne faudra pas dire hashtag mais "mot-dièse". Pourtant le mot utilisé pour signaler un sujet d’intérêt tire une partie de ses origines du français !

Sur Twitter, ne dites plus hashtag mais "mot-dièse". La Commission générale de terminologie et de néologie vient de faire publier au Journal officiel la traduction correcte de "hashtag". Ainsi, un "mot-dièse" est : "suite signifiante de caractères sans espace commençant par le signe # (dièse), qui signale un sujet d'intérêt et est insérée dans un message par son rédacteur afin d'en faciliter le repérage".

Croisillon VS dièse

Cependant, la Commission a omis plusieurs détails dans sa décision. Le premier a été relevé par plusieurs de nos confrères dont Numerama qui constate que : "Le dièse est un symbole graphique dans le solfège dont les deux barres les plus horizontales sont légèrement montantes. Le symbole # se dit croisillon". Il faudrait donc "mot-croisillon" pour être parfaitement juste.

Hash : un mot d'origine française

La seconde omission, rappelle qu’une langue vivante évolue, influencée par les différentes cultures qui l’utilisent et la modifient. Ainsi, "Hashtag" vient de la contraction entre "hash" et "tag". Or, dans cette expression, le mot anglais "hash" renvoie au "hash sign : #", le croisillon donc. Selon l’oxford dictionary "hash sign" vient lui-même de "hatch" tirant ses origines du vieux français "hacher". Histoire de rajouter de l'eau au moulin, en anglais, au Moyen Age, "hatchet" désignait une petite hache, une hachette en français. Pour leur part, les origines de "tag" restent inconnues.

Dès lors, soyons chauvin, difficile d’abandonner un mot qui rappelle l’immense influence qu’a eu le français sur l’anglais pour le remplacer par une expression fausse puisque confondant dièse et croisillon. "mot-dièse" devrait donc rejoindre les nombreux néologismes inventés par la Commission et tombés dans l’oubli. Pour leur part, les Anglais, eux, n’ont pas oublié que le français fut la langue officielle du royaume du XIe au XIVe siècle et celle de la cour jusqu’au XVIe siècle.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut