L'électrique envahit les berges du Rhône

A l'occasion de la semaine du développement durable, la CNR a choisi de présenter plusieurs véhicules électriques aux Lyonnais. Sur les bords du Rhône, vélos, scooters, voitures et même bateaux circulent sans aucun bruit mais surtout sans dépendre du nucléaire.

Le passage au véhicule électrique va-t-il augmenter notre dépendance vis à vis du nucléaire ? La Compagnie Nationale du Rhône tente de prouver le contraire avec le concept de Move in Pure. L'idée de base et le constat de départ sont simples ; l'électricité de ne peut être stockée tandis qu'une journée type est partagée entre augmentation et diminution de la demande énergétique. En outre, avec l'apparition et la potentielle démocratisation des véhicules électriques, le spectre d'un grand nombre d'usagers rechargeant tous en même temps à 19 heures n'a jamais été aussi grand. Pour EDF, le réseau électrique pourra faire face à la demande : mais à quel prix ? Lorsque l'électricité produite ne suffit plus, les centrales à charbons prennent le relais, réduisant à néant l'impact positif des véhicules électriques et pouvant engendrer un dégagement de CO2 au kilomètre supérieur à celui d'un bon diesel.

Un système révolutionnaire ?

De son côté la CNR maîtrise une production strictement renouvelable basée sur le solaire, l'éolien et l'hydraulique, trois types d'énergie soumis aux aléas de la météo et dont la production varie en conséquence. Dès lors, le concept de Move in Pure propose aux utilisateurs de véhicules électriques de recharger lors des périodes de surproductions. Un boitier installé dans le véhicule relié à une application sur smartphone permet à l'usager de définir une plage horaire pendant laquelle la voiture sera stationnée. Les ordinateurs de la CNR se chargent alors de faire concorder tout cela. Par exemple, le conducteur fait savoir via l'application que son automobile sera stationnée entre 19 heures et 8 heures. A 23 heures, le vent se lève dans la vallée du Rhône, et la CNR produit alors plus d'énergie. Un signal est immédiatement envoyé au boitier placé dans le véhicule, et la charge électrique débute. Pour l'instant, l'idée est encore au stade de prototype, et s'adresse avant tout aux entreprises et collectivités.

Démonstrations et explications pour le grand public

Loin de rester un concept abstrait, jusqu'au jeudi 7 avril 2011, de 10h à 19h, les Lyonnais pourront venir tester gratuitement des scooters et vélos électriques entièrement rechargés à l'énergie renouvelable et découvrir ce nouveau système de recharge. En outre, les amateurs de croisières calmes et silencieuses se précipiteront dans le bateau violet fonctionnant grâce à des panneaux solaires. Avec cet événement, la CNR soigne sa communication et tente de faire découvrir au grand public des alternatives concrètes.

Le concept Move in Pure est sans aucun doute une formidable idée, qui pourtant demeure obscure sur plusieurs points. Pour l'instant, les prix de ces recharges écolos n'ont toujours pas été dévoilés, tandis que la technologie doit être acceptée par les constructeurs avant d'être installée dans les véhicules. Par ailleurs, la production renouvelable de la compagnie pourrait-elle alimenter autre chose que les parcs automobiles des entreprises et des collectivités ?

Face à un nucléaire désormais au centre de toutes les méfiances, la CNR pourrait bien avoir une carte à jouer, ne serait- ce que technologique. Pouvoir programmer ces recharges énergétiques pour qu'elles s'intègrent parfaitement à la production renouvelable et ainsi éviter les périodes où l'électricité est fortement carbonée, présente de nombreux avantages écologiques. Avec l'émergence des "objets intelligents", le concept pourrait bien dépasser le seul cadre des véhicules électriques, encore faudra-t-il produire suffisamment d'énergie renouvelable pour couvrir la demande.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut