OLZurich (1)
© Philippe Desmazes / AFP

OL - Grasshopper : une victoire au forceps

L’OL s’est difficilement imposé face au Grasshopper Zürich (1-0) lors du 3e tour préliminaire aller de Ligue des champions. Une courte victoire qui laisse perplexe...

Assurément, les joueurs de l’OL ont souffert mardi soir. Et ce jusqu’au coup de sifflet final. Face à une équipe suisse du Grasshopper Zurich "équilibrée" et "structurée", comme l’avait annoncé Rémi Garde, les Gones ont bataillé pour parvenir à remporter la première manche de ce 3e tour préliminaire de la Ligue des champions. Lorsque sur un coup franc de Clément Grenier, poussé par les chants du stade de Gerland, Milan Bisevac reprend victorieusement de la tête (1-0, 63e), Lyon a légitimement poussé un gros "ouf" de soulagement.

Domination suisse

Car jusqu’ici, on ne peut pas dire que la bande à Rémi Garde s’était montrée rassurante. Loin s’en faut. Tétanisés par l’enjeu, les Lyonnais ont subi les assauts suisses. Poussées par 1500 supporters très bruyants, les « Sauterelles » ont provoqué de nombreuses frayeurs aux coéquipiers de Lisandro Lopez.

Profitant des faiblesses rhodaniennes, le Grasshopper joue sans complexe et se procure des occasions dont deux qui auraient pu achever l’OL : la première, une demi-volée de Lang qui trouve le poteau d’Anthony Lopes (16e) puis la seconde, une reprise surpuissante de Gaschi qui termine sa course sur la barre transversale lyonnaise (2′e).

Un OL décevant

Fébrile dans tous les compartiments du jeu, multipliant les mauvais choix, Lyon n’arrive pas à se mettre au diapason d’une rencontre déterminante pour la suite des événements en Ligue des champions. Même Clément Grenier, si précieux et doué, sur coup franc ne parvient pas à faire la différence. Il aura donc fallu attendre, ce but de Bisevac pour voir l’OL quitter le pré de Gerland avec un brin de soulagement.

Mais franchement, si les Gones souhaitent vraiment retrouver la plus prestigieuse des compétitions européennes, il va vite falloir se mettre au travail et aborder différemment le match retour (le 6 août à Zurich) … Au risque sinon de très vite déchanter.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut