Lyon tombe chez le grand Paris

Malgré une prestation honorable, l’OL a chuté dimanche soir à Paris lors du choc de la 9ème journée de Ligue 1 (2-0). Un éclair de génie de Pastore et un but dans les arrêts de jeu de Jallet ont eu raison d’une équipe rhodanienne au niveau mais trop imprécise dans le dernier geste. Le PSG new-look fait désormais figure de grand favori pour le titre.

Le sommet de ce début de saison de Ligue 1 a tenu toutes ses promesses. A l’image de leurs débuts de saison détonants, Parisiens et Lyonnais ont été à la hauteur. Avec leurs forces. Avec leurs styles de jeu. Une grande unité collective côté lyonnais, des fulgurances individuelles côté parisien. Finalement, le talent de Pastore a décanté une situation bien incertaine jusqu’alors. La marque des grands joueurs. Lancé dans la profondeur, le feu follet argentin déborde un Bakary Koné trop passif et trompe Hugo Lloris (1-0, 65ème). Le portier des Bleus, irréprochable le reste du temps, oublie alors de fermer son angle. Impitoyable. Cruel pour les Lyonnais tant ils auront longtemps contrecarré les plans du grand Paris.

Gomis rate l’égalisation

Car cette rencontre, l’OL de Rémi Garde l’a prise part le bon bout. Un OL offensif (avec Alexandre Lacazette en soutien de Bafé Gomis), un OL joueur, un OL même séduisant. Les occasions pleuvent, des deux côtés. Lacazette (21ème) répond à Pastore (19ème). Le public du Parc, qui n’avait pas vu pareil spectacle depuis des années, se régale. Sans complexes, les Rhodaniens tiennent la dragée haute aux fantasques parisiens dans le jeu. Et se livrent, même trop parfois. Seulement, dans l’efficacité, dans les choix offensifs en supériorité numérique, les coéquipiers de Maxime Gonalons ont péché. Ils ont moins bien exploité les contres, armes principales des deux équipes dimanche soir. Et dans des matchs comme celui-ci, cela se paye cash. Bafé Gomis va certainement faire des cauchemars, avant de rejoindre logiquement le groupe de Laurent Blanc, de cette tête ratée à bout portant sur un centre millimétré de Michel Bastos (70ème). Une balle de 1-1.

Paris favori, Lyon à l’affût

Michel Bastos, omniprésent, a lui bien retrouvé son touché de balle d’antan. Comme depuis le début de saison, le jeu lyonnais a cruellement penché à gauche. Le valeureux Briand, comme à l’accoutumée, a difficilement tenu la comparaison avec le Brésilien. Quant à Gomis, il aura livré un combat de tous les instants avec la charnière centrale du PSG, malheureusement pour l’OL au détriment de son efficacité offensive. Un réalisme qui aura permis à Paris de doubler la mise dans le temps additionnel grâce à Jallet (2-0, 90ème). A la fois logique et mérité pour le PSG, plutôt dominateur durant la partie et cruel pour Lyon, battu toutefois par plus fort que lui. Avec ce probant succès, le club de la capitale file en tête de la Ligue 1, avec une étiquette de grand favori sur le front. L’OL, lui, peut se targuer d’avoir la capacité d’espérer lui contester le futur Graal.

Lire aussi  : les notes des joueurs

à lire également
Le milieu de terrain de l’OL Tanguy Ndombele – FC Sion/OL, 13 juillet 2018 © Fabrice Coffrini / AFP
Incontestablement, Tanguy Ndombele (21 ans) est la plaque tournante de l’Olympique lyonnais. Si le milieu de terrain excelle balle au pied, il affiche un tout autre visage en dehors du rectangle vert.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut