LOU : Le rêve est passé

Si le résultat est décevant, les objectifs de la saison ont été largement dépassés. Dès lors, le meilleur est à envisager pour une équipe lyonnaise enfin cohérente

Dimanche 15 Juin 2008, 17h02 au stade Guy Boniface de Mont-de-Marsan. Après une prestation très controversée, M. Matheu siffle la fin de la demi-finale de Pro D2. Le stade Montois se qualifie pour la dernière étape avant le Top 14. Le LOU pleure. Des larmes lisibles sur le visage du talonneur Frédéric Montagnat, qui jouait sa dernière rencontre sous les couleurs rouge et noire.

Pourtant, le LOU peut se targuer d'avoir réussi une fin de saison de rêve, concrétisée par huit victoires en neuf matches. Mais comme en 2005, un petit quelque chose aura manqué à la formation lyonnaise pour rejoindre l'élite du rugby français. Heureusement diront certains, regrettable diront d'autres. "Cette année, nous étions à deux matches du Top 14. La saison prochaine, nous en serons à trente-deux" résume l'entraîneur Raphaël Saint André, auteur d'une première saison plus que réussie sur le banc du LOU.

Pourtant, qui aurait pu parier -rien qu'une pièce- sur cette destinée impensable ? 10ème du classement au terme de la défaite à Grenoble le 15 mars, l'effectif lyonnais s'est regardé droit dans les yeux, affrontant ses peurs, corrigeant ses défauts. Résultat : une série impressionnante, qui a fait du club la meilleure équipe de la phase retour. Mais comme le sport -et en particulier le rugby- ne se joue pas sur des statistiques, le LOU termine son parcours à deux matches du graal, sur une pelouse landaise qui restera donc invaincue en 2007-2008.

Ce malheureux résultat ne doit pas faire oublier ce qu'est devenu l'équipe rhodanienne cette saison : un groupe soudé, plein d'envie, et dont l'amalgame aura mis quelques semaines à se faire. De là découle une base solide en perspective de l'an prochain. "Je suis fier des joueurs. Nous allons maintenant construire sur ces bases, en essayant de renforcer le groupe. L'année prochaine, nous viserons une des trois premières places avant l'hiver. Histoire de passer les fêtes de fin d'année au chaud" conclut le président Yvan Patet, intervenu à plusieurs reprises cette saison au cœur du vestiaire.

Puisque demain se construit aujourd'hui, le présage est plus que bon. Reste à savoir si les éternelles ambitions lyonnaises pourront être tenues. Mais de plans en plans, le LOU se rapproche pas à pas de ses rêves. Et si finalement, Lyon devenait -rapidement- une terre de rugby ?

Cédric Norguet, à Mont-de-Marsan

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut