Lille-OL : les notes des joueurs

Remplacé par Govou à la 60e.

Squillaci : 6

Solide, en particulier de la tête. Et un but très chanceux du dos qui donne la victoire à l'OL.

Cris : 6,5

L'homme du match. Ses interventions ont permis à l'OL de ne pas sombrer. Il a aussi sonné la révolte devant.

Abidal : 5

Bof bof. Heureusement qu'il est rapide... Meilleur en seconde mi-temps.

Dos Santos : 4,5

L'ensemble du milieu lyonnais a été inexistant pendant ce match. Mais le brésilien n'est pas le premier responsable, même si on l'a peu vu à la récupération, et qu'il manque d'automatismes avec les autres quand il attaque.

Toulalan : 4, 5

On ne l'a pas reconnu. Il a sans doute perdu plus de ballon qu'il n'en a gagné. Mais une "passe décisive" sur le dos de Squillaci

Källström : 5,5

Quelques tentatives pas assez appliquées.

Clerc : 3,5

Le moins bon sur la pelouse. Est-ce le poste de milieu droit qui ne lui réussit pas ? En tout cas, il n'a rien fait de bon. Moins médiocre quand il a reculé arrière droit.

Malouda : 4

Capitaine en l'absence de Caçapa et "Juni", il n'a pratiquement rien fait. Remplacé par Ben Arfa (78e).

Fred : 6

Un match moyen, éclairé par un joli but sur une frappe "du désespoir". Ça devrait lui redonner le moral.

Les remplaçants

Baros, entré à la 60e, il n'a rien montré. La seule fois où il a vraiment fait la différence, l'arbitre n'a pas laissé jouer l'avantage...

Govou, entré à la 60e, il a fait la différence sur ses premiers ballons. On l'a moins vu ensuite.

Ben Arfa, entré à la 78e, il a fait preuve d'envie, mais on la senti un peu fébrile.Â

à lire également
Le défenseur central de l’OL Mapou Yanga-Mbiwa, le 7 mai 2016 à Décines – Match OL-AS Monaco © Romain Lafabrègue / AFP
Il a accepté de sortir de son silence pour Lyon Capitale. Le défenseur central de l’OL Mapou Yanga-Mbiwa, qui s’entraîne quotidiennement avec l’équipe réserve, a complètement disparu des radars depuis décembre 2017. Arrivé en 2015 en provenance de la Roma, le joueur âgé de 29 ans est sous contrat avec le club rhodanien jusqu’en juin 2020. Mais il ne se fait guère d’illusions : son avenir s’inscrit loin de Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut