Les papis du catch à Lyon

Il faut le voir pour le croire.

Le catch, c'est tendance... Voila le genre de phrase qu'on n'imaginait pas entendre il y a dix ans. Sport spectacle en perte de vitesse aux Etats-Unis, l'industrie a trouvé un nouveau public en Europe. Depuis quelques années, la WWE (principale ligue) organise des tournées dans les plus grandes salles de l'hexagone. A la grande surprise de tous, les shows sont rapidement complets. Parallèlement à cet engouement populaire, les chaines de télé se battent pour obtenir les droits des combats.

Contrairement aux idées reçues, le catch n'est pas réservé aux barbus obèses portant un blouson de cuir au couleur du drapeau américain. Il suffit d'aborder le sujet en soirée pour voir les regards s'illuminer et les conversations s'enflammer. Aujourd'hui, tout le monde sait que les affrontements sont scénarisés et tiennent davantage du spectacle de cascades que du sport de combat. Le catch ressemble souvent à une version des feux de l'amour pour hommes. Les alliances et trahison s'enchainent. Les familles se combattent et les retournements de situations sont légions. Durant la guerre en Irak, l'ennemi était Français. Aujourd'hui, il est Russe.
Au-delà des fantasmes et des scénarios, le catch est un milieu obscur. En 2007, le lutteur Chris Benoit se suicide après avoir massacré sa famille. Son autopsie révélera que son corps était gavé de produits dopants et autres substances plus ou moins légales. Le cerveau du catcheur présentait de nombreuses lésions causées par les combats à répétitions. Depuis, les fédérations surveillent mieux leurs sportifs.
Le 11 novembre, Lyon accueillera d'anciennes gloires qui ont survécu au cap de la quarantaine. Le spectacle est toujours là. Les abdos ont laissés place à des petits bourrelets rendant l'ensemble parfois pathétique. Mais les sportifs sont toujours impressionnants à voir en mouvement. Ils accusent le poids des âges, mais font preuve d'une grande générosité sur le ring. Les papys catcheurs ne sont pas encore morts.

American Wrestling Extreme Rampage Tour 2008. Le 11 novembre, à partir de 18h, à la Halle Tony Garnier, show de 3 heures consacré au catch.

Florent Deligia

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut