La der de Puel ?

L’Olympique Lyonnais affronte, mercredi soir, le PSG en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Et même si Jean-Michel Aulas a fixé ce match comme échéance de l’ultimatum sur Claude Puel, tout laisse à penser que la décision de conserver, ou pas, l’entraîneur général de l’OL sera déjà actée avant la rencontre.

Le chaos envahissait le cœur du centre-ville de Lyon la semaine dernière. Toutes proportions gardées, au sein de l’institution OL, le feu a pris, depuis le début de saison déjà, et tarde à se dissiper. Les victoires récentes, tels des canadairs, ont canalisé les flammes mais pas éteint l’incendie. Au moindre petit accroc, comme dimanche à Arles-Avignon, les braises ressurgissent instantanément. Alors habilement, ou pas, Jean-Michel Aulas, en pompier de service, dégaine. Et tente d’allumer un contre-feu. Après le calendrier surchargé, les terrains impraticables, les arbitres incompétents, c’est cette fois-ci le brillant journaliste de L’Equipe, Vincent Duluc, qui a subi le courroux du président de l’OL. Mais ne cédons pas à la duperie, comme l’a très bien dit JMA, un premier bilan pourra être fait après 10 matchs de L1 et 3 de Ligue des Champions. Nous y sommes.

Un bilan alarmant

A l’issue des trois premiers mois de compétitions, les Lyonnais se morfondent à une indigne 14ème place, avec 1,2 point récolté par match, très loin des espérances initiales. Ou le parcours d’un club jouant le maintien. En Ligue des Champions, la messe est différente. L’OL caracole en tête de son groupe. Le côté docteur Europe et Mister France des Gones irrite au plus haut point des supporters mécontents, qui depuis maintenant six rencontres, réclament sans discontinuer le départ de Claude Puel. JMA doit alors jongler afin d’adoucir la situation. Il le fait, disons-le, remarquablement depuis 1987. Mais le divorce entre supporters, une bonne partie du club et le coach a-t-il déjà été aussi profond ? Sans doute pas.

Quelle décision ?

On en oublierait presque que l’OL dispute un match, mercredi soir, ô combien important selon les dires du boss des Rhodaniens. Cependant, grandes sont les chances que le sort du technicien castrais soit déjà pipé avant la rencontre. En effet, difficile de juger la performance d’un entraîneur en sursis permanent sur un 1er tour de Coupe de la Ligue, affrontement habituel entre les remplaçants ou joueurs en manque de temps de jeu des deux formations. Une compétition souvent abandonnée par les grands clubs. Mais l’ultimatum expire… Alors Jean-Michel Aulas aura la lourde tâche de rendre publique sa décision, lui qui n’a jamais voulu céder à la précipitation. Licencier un coach invaincu depuis le derby, avec une formation en nets progrès ou conserver un homme détesté par la majorité des supporters et une partie du club.

Le groupe lyonnais :

Vercoutre, Gorgelin - Cris, Diakhaté, Lovren, Réveillère, Gassama, Källström - Makoun, Gonalons, Pjanic, Pied, Bastos, Grenier, Gourcuff, Briand - Gomis, Lisandro.

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut