L'OL se relève mais perd la tête

L'OL a battu mercredi Debrecen pour son dernier match de poules (4-0). Malgré ce succès, Lyon termine à la deuxième place du groupe E derrière la Fiorentina qui a conservé son fauteuil de leader en allant s'imposer 2-1 sur la pelouse de Liverpool, grâce un but d'Alberto Gilardino dans le temps additionnel.

Au coup d’envoi de ce dernier match de poules contre Debrecen, l’objectif était clair pour l’OL : remporter cette rencontre avec au moins deux buts d’écart tout en espérant un faux-pas de la Fiorentina sur le terrain de Liverpool pour assurer la première place du groupe E. Sans grande surprise, Claude Puel avait décidé de faire tourner son effectif. Bafé Gomis était aligné à la pointe de l’attaque lyonnaise, avec Sidney Govou et Césard Delgado sur les côtés. De retour de blessure, Maxime Gonalons prenait place au milieu de terrain en compagnie de Jean-II Makoun et Michel Bastos.

En proie a de sérieuses difficultés depuis plus d’un mois (0 succès en 6 matches), une partie du public lyonnais n’a pas hésité à montrer son mécontentement en sifflant le nom de Claude Puel à l’annonce de ce dernier par le speaker de Gerland. Très vite, le capo du Virage Nord, remet les choses dans leur contexte, en rappelant que la rencontre du soir, c’est la Ligue des champions et non le championnat.

A la mi-temps, l'OL est premier de son groupe

Pourtant, ce sont les Hongrois qui rentrent le mieux dans la partie en empêchant les Gones de développer du jeu. Debrecen se procure la première occasion sur un coup-franc de Péter Czvitkovics qui oblige Hugo Lloris à réaliser son premier arrêt de la partie. Encore fébriles dans le jeu, les Olympiens ont du mal à s’imposer dans l’entrejeu. A la 20 ème minute, Jean-II Makoun, se voit refuser un but pour une position de hors-jeu. L’OL commence à prendre les choses en main.

Sur une mauvaise passe d’un joueur hongrois, Govou prend ses responsabilités et tente une frappe qui surprend Pantic. Le gardien de Debrecen redonne le ballon à Gomis qui peut tranquillement pousser le cuir dans le but vide (1-0). Lyon a fait le plus dur en ouvrant le score. Sur cette action, Sidney Govou se blesse et doit céder sa place à Miralem Pjanic. Juste avant la pause, Michel Bastos double la mise d’une frappe des douze mètres (2-0). Un but qui permet aux Gones d’être en tête de leur groupe, puisque dans l’autre match, Liverpool mène 1-0 contre la Fiorentina.

Cissokho buteur

De retour des vestiaires, Lyon accentue sa domination et surtout retrouve une certaine fluidité dans son jeu. Buteur en fin de première mi-temps, Bastos offre un centre parfait à Pjanic qui inscrit le troisième but rhodanien (3-0). Claude Puel décide de sortir Gomis au profit de Lisandro qui fort logiquement entre sur la pelouse de Gerland sous les acclamations du public.

Auteur jusque là d’une bonne prestation, Aly Cissokho - qui ces derniers jours a fait couler beaucoup d’encre - s’invite au bal des buteurs, en décrochant une frappe puissante du gauche qui ne laisse aucune chance au portier de Debrecen (4-0). Cissokho inscrit là, son premier but sous les couleurs lyonnaises. Un but qui ne suffira pas à changer la donne, puisqu’à Anfield, la Fiorentina s’est imposée sur le fil (2-1) grâce à ce diable de Gilardino. Sans briller et totalement rassurer ses supporters, Lyon a retrouvé le chemin de la victoire. Et c’est bien là, l’essentiel.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut