L'OL passe en force !

Rapidement menés au score, les Lyonnais se sont finalement imposés 2-1 face au PSG avec deux buts dans le dernier quart d’heure de Gomis et Cris. Un match riche en rebondissements.

En clôture de la 22ème journée de L1, deux grands malades se présentaient à Gerland dans un choc de la peur entre Lyonnais et Parisiens. Bordeaux accroché samedi, Marseille battu, l’OL avait l’occasion de grappiller quelques précieux points dans la lutte pour les premières places. Une rencontre, en plusieurs actes, finalement à l’image de l’OL version 2010. Du bon, du moyen, du mauvais, du très mauvais… Et à l’arrivée une victoire inespérée mais pas spécialement usurpée.

L’OL fantomatique

Les hommes de Puel étaient disposés dans un 4-3-3 classique avec Govou, Lisandro et Gomis en attaque. Après dix minutes plutôt intéressantes, les Gones sont cueillis à froid sur un corner. Frappé au premier poteau, le cuir est repris victorieusement par Erding devant une défense lyonnaise une nouvelle fois attentiste (10ème). L’OL est encore mené… A plusieurs reprises, les Parisiens ont des balles de break mais butent dans le dernier geste. Les Rhodaniens, eux, ont la tête sous l’eau et se montrent incapables de réagir.

La défense lyonnaise semble totalement dépassée par les évènements. L’animation offensive est inexistante et les mêmes maux, présents depuis plusieurs semaines, persistent. Pjanic se montre incapable de prendre le jeu à son compte, les passes ne sont pas suffisamment soignées. L’OL manque de tout, de précision, d’innovation, de génie, de clairvoyance, d’idées… En résumé, un niveau de jeu consternant avec les individualités pourtant présentes sur le terrain. L’OL parvient toutefois à la pause en étant mené « seulement » 0-1, un motif d’espoir pour la suite.

L’expulsion de Sakho, le tournant du match

La tournure du match ne change guère au retour des vestiaires avec un OL volontaire mais impuissant. Finalement, c’est un joueur parisien qui va sauver la maison olympienne. Parti dans le dos des défenseurs, Gomis est taclé illicitement par Sakho, logiquement exclu en tant que dernier défenseur (61ème). Les hommes de Kombouaré, en infériorité numérique, vont logiquement reculer. Les Lyonnais ne se font pas prier pour se ruer à l’attaque et désormais mettre en difficulté les visiteurs sur chacune de leurs offensives. Gomis est d’abord tout proche de marquer mais touche le montant (74ème). Ce n’est que partie remise puisque l’ancien Stéphanois remet les deux équipes à égalité en reprenant un ballon dans la surface (77ème). En grande difficulté toute la rencontre, le capitaine lyonnais Cris donne finalement la victoire à sa formation, d’un coup de tête salvateur (81ème). Gomis retouche le poteau en toute fin de match mais l’OL tient ce succès, si important.

Les trois points, et c’est tout. Voilà ce qu’il faut retenir de la prestation lyonnaise du soir. Une nouvelle fois très inquiétants dans le jeu, les Gones ont fait avec les moyens du bord du moment, c'est-à-dire pas grand-chose… On ne leur enlèvera toutefois pas leur volonté, symbolisée et récompensée par la victoire du jour. Mais c’est un succès en trompe l’œil, la rencontre de ce dimanche n’incite à guère d’optimisme pour la suite de la saison. Avec une défense aux abonnés absents et un cruel manque de lien dans le jeu, que peut-on vraiment espérer entre Rhône et Saône cette saison ?

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut