Jo-Wilfried Tsonga : « Je ne méritais pas de gagner »

Mécontent de son jeu et ses nombreuses fautes directes, Jo-Wilfried Tsonga assure s’être battu jusqu’au bout. Son prochain horizon : Bercy où il tentera de décrocher une place pour les Masters

Vous attendiez-vous à ce genre d'opposition ?

Oui, je m'attendais à ça. Je le savais en forme. Il joue pour sa qualification à l'Open d'Australie. Il était super motivé.

Il y a des choses que vous vous reprochez ce soir ?

(grinçant) A part les cinquante coups droits que j'ai mis dans le couloir, il n'y a pas grand-chose à me reprocher. J'ai fait beaucoup de fautes, j'ai raté des choses que je n'ai pas l'habitude rater. Lui a réalisé un bon match. Dans la balance, ça penche forcément d'un côté. Quelque part, je ne méritais pas de gagner ce match.

N'y a-t-il pas eu, sur certains points, un peu de trop de nonchalance de votre part ?

Il y a toujours un peu de nonchalance chez moi. Mais voilà, je suis comme ça. Je fais des efforts mais on aura du mal à me changer. C'est comme ça, c'est dans mon caractère.

On a l'impression que vous avez eu des problèmes de vue ?
Oui, pendant deux sets, j'avais comme un film plastique sous les yeux. J'étais toujours en train de chercher la distance avec la balle. Ce n'est pas une excuse. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive en plus.

Est-ce que le fait de ne pas avoir de points à gagner ici, ça a joué sur votre motivation ?

Non. Si ça a joué, ce serait inconscient. Ce soir (vendredi), je ne suis pas venu pour perdre. Je n’aime pas perdre.

à lire également
Jean Wallach
Le président de la gouvernance provisoire de la ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis, Jean Wallach, n’aime pas les déclarations tapageuses. Reconnu par tous comme un dirigeant exemplaire, dévoué à ses missions au sein de la Fédération française de tennis comme dans sa région du Lyonnais, c’est du bout des lèvres qu’il a accepté d’évoquer la candidature de Gilles Moretton.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut