Jean-Michel Aulas : "Eviter les petites phrases avant"

Jean-Michel Aulas fanfaronnait après le succès de l’OL à Saint-Etienne (0-1). Le président lyonnais n’a pas manqué de se gargariser devant certaines déclarations de la semaine…

De l'un de nos envoyés spéciaux à Saint-Etienne.

Quel est votre sentiment après cette victoire lyonnaise dans le derby ?

Jean-Michel Aulas : C’est une grosse satisfaction. Il a fallu faire un grand match face à une formation stéphanoise dix-huit fois revancharde (l’ASSE n’a pas remporté le derby à Geoffroy-Guichard depuis 1994, Ndlr). On a très peu vu l’équipe de Saint-Etienne. Je suis évidemment ravi du résultat.

Vous avez pourtant terminé la partie à dix…

Oui, mais on était formidablement organisé. Je tiens encore une fois à rendre hommage à Rémi Garde, le grand bonhomme de cette soirée. Ce dimanche soir, les qualités morales des joueurs étaient à la hauteur de leurs qualités physiques.

Un mot sur Michel Bastos, l’autre grand bonhomme de la soirée…

Oui, on sait que Michel a une qualité de frappe exceptionnelle. Il a fait la différence, comme en début de saison. On a su garder Bastos qu’on ne voulait absolument pas lâcher cet été…

Gagner à Saint-Etienne, après l’avoir emporté à Marseille, cela doit vous donner d’autres ambitions…

Ce sont deux grosses performances à l’extérieur sur deux terrains hostiles. On a montré qu’on avait du caractère. Cette équipe, composée de beaucoup de jeunes du centre de formation, est surprenante. C’est avant tout une belle victoire collective. On essaye d’apporter des idées nouvelles depuis quelques temps, en s’appuyant sur notre formation, et cela marche. C’est une grande satisfaction pour nous tous. Après, le PSG est sur le plan des structures nettement en avance sur nous. On pense être à leur niveau dans trois ou quatre ans lorsque nous aurons le stade.

Avant la rencontre, Roland Romeyer, le président stéphanois avait comparé Rémy Vercoutre à une 2 CV…

Oui, ce sont des choses qui montrent qu’il faut éviter les petites phrases avant. Après, pourquoi pas mais avant, il ne faut pas enflammer les foules. Notre bus a été retardé, on a pris des projectiles sur le car. Un pétard a explosé à quelques mètres de Steed Malbranque. Et puis la 2CV… Je crois que Roland (Romeyer, ndlr) va recevoir une lettre recommandée de son gardien pour le remercier de lui avoir mis une pression telle qu’il n’a pas été irréprochable (sourire). Il a eu aussi quelques défaillances dans ses relances au pied…

Lire aussi : ASSE - OL : la 2CV plus forte que la Ferrari (vidéo)

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut