Gym : Yann Cucherat veut briller pour sa der’

Pour sa dernière olympiade, Yann Cucherat souhaite marquer les esprits et clôturer ainsi une très belle carrière.

"C’est un rêve de gosse, une compétition unique." Le gymnaste lyonnais Yann Cucherat ne tarit pas d’éloges sur les Jeux olympiques qui se disputent du 27 juillet au
12 août à Londres. Sa quatrième et dernière olympiade. "Les JO, c’est l’objectif suprême d’une carrière de sportif, confie-t-il. Au-delà de la performance, c’est une vraie fête sportive, où se mêlent de nombreuses disciplines et des athlètes de différentes nationalités."

À 32 ans, celui qui s’imagine un jour devenir adjoint aux sports de la ville de Lyon fait office de chef de file des athlètes lyonnais sélectionnés pour les JO. "C’est flatteur de dire ça, souffle-t-il, un brin gêné. J’ai une petite expérience des Jeux, donc, si je peux distiller quelques conseils à un autre athlète de ma ville, de ma région, je le fais avec plaisir."

De la télé à la réalité

Victime, en mai dernier, d’une entorse au majeur et d’une contusion osseuse de l’index à la main droite, le champion d’Europe 2009 et vice-champion du monde 2005 sera bel et bien présent à Londres. Toujours aussi déterminé à conquérir le Graal, et désireux de faire connaître sa discipline : "La gym est un sport de l’ombre, on n’en parle pas souvent. Les Jeux olympiques permettent de le valoriser."

En cas de médaille à Londres, Yann Cucherat aura certainement en mémoire son enfance à Jassans-Riottier (Ain), quand il rêvait secrètement d’intégrer la famille de la gymnastique. "Je me souviens, en 1992, pour les JO de Barcelone, j’étais devant mon poste de télévision à m’émerveiller", se remémore-t-il. Depuis, le Gone a fait du chemin, devenant l’un des plus grands gymnastes français.

Début des qualifications, samedi 28 juillet à 12h (heure française).

à lire également
L’équipe de volley de l’Asul © DR
Le club de volley lyonnais, qui aspire à retrouver l’élite, cherche à faire sa mue. Cela passe inéluctablement par un nouveau modèle économique.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut