GPTL : où sont passées les stars ?

L'édition 2009 brille surtout par ses absences, Söderling et Roddick notamment. Cette année, le tournoi s'affiche plus français que jamais.

C'est aujourd'hui que commence véritablement le Grand prix de tennis de Lyon, avec l'entrée en lice de Jo-Wilfried Tsonga et de Fabrice Santoro. Mais à voir l'affiche du tournoi, on recherche en vain les nouveaux Agassi, Sampras, McEnroe ou Kuerten, lesquels sont déjà venus à Lyon. Certes, le tournoi a toujours été habitué à être boudé par les top 5. Le directeur du tournoi, Gilles Moretton, rêvait de faire venir Nadal et Federer mais, comme il l'invoquait l'an dernier, le Suisse préférait jouer à Bâle et l'Espagnol s'octroyait une pause entre Madrid, la semaine précédente, et Bercy, la semaine suivante.

"Le plus beau village du tournoi ATP"

Mais cette année, ces excuses ne tiennent plus : Bâle et Madrid ne sont plus programmés en octobre. Et cette édition a enregistré de nouvelles défections, notamment celle d'Andy Roddick, pourtant habitué des lieux, et Robin Söderling, le lauréat de l'an dernier. Même certains Français manquent à l'appel comme Richard Gasquet (qui préfère jouer à Saint-Petersbourg) et Gaël Monfils (Vienne). Il faut croire que nos meilleurs joueurs ne veulent plus suer pour un tournoi ATP 250, classé en 4e catégorie. Trop chiche en points alors que c'est la dernière ligne droite avant les Masters.

Sollicité par Lyon Capitale, afin de faire le point sur la situation du tournoi lyonnais, Gilles Moretton a refusé de répondre à nos questions. Comme décidément tout fout le camp, le Grand prix de tennis de Lyon a été rattrapé par la crise, perdant sponsors et dotations (- 100 000 euros). "Personnellement, je ne trouve pas que le tournoi soit moins bien. Le village est est toujours le plus beau du tournoi ATP, confie Julien Benneteau. A Lyon, le public a été habitué ses dernières années à voir des stars. Même si cette année, il y a moins de joueurs étrangers, je ne pense pas que cela porte préjudice au GPTL", poursuit le régional de l'étape.

Heureusement pour Gilles Moretton, Tsonga, dont les rumeurs le donnaient absent de dernière minute, ne lui a pas fait faux bon. D'autant plus que le huitième mondial est le seul joueur du Top 10 à s'aligner sur un tournoi ATP cette semaine alors même qu'il n'a rien à y gagner pour une place au Masters."Ma vraie motivation est que ce tournoi était dans mon calendrier. J'avais promis au directeur du tournoi que je serais présent. Il y a des moments dans une carrière où c'est important d'être assez égoïste, de penser à soi. Et il y en a d'autres où il faut remplir son rôle, ce que je fais en remplissant ici mon rôle de numéro un français. Si je gagne un tournoi comme ça, le bénéfice sera quand même important. Le Masters, c'est prestigieux, mais pas autant qu'un Grand Chelem. J'avais prévu de faire Lyon et je tiens mes engagements parce que j'ai une parole", a indiqué lundi le Manceau.

On espère une finale entre Simon et Tsonga, pour départager les deux meilleurs Français de la saison. On ira encourager les vétérans Santoro (normalement retraité des courts dans deux semaines) et Grosjean, ou le Bressan Benneteau. Enfin si les grands joueurs manquent, les people lyonnais devraient être toujours là. Dans les tribunes ou, plus sûrement, au Village, une coupe de champ' à la main.

Au programme de ce mardi (à partir de 14h) :

Llodra-Ouahab

Santoro-Montanes

Tsonga-Kim

Clément-Hernandez

à lire également
caroline-garcia-celebre-sa-victoire-face-a-caroline-wozniacki-le-27-octobre-2017-a-singapour_5967640
Après une piètre performance à Roland-Garros la joueuse de tennis lyonnaise Caroline Garcia a rebondi cette semaine sur le gazon anglais. Elle s'apprête à disputer la finale du tournoi WTA de Nottingham, après un week-end Marathon.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut