Et Benzema crucifia l'OL

Un homme dans le match

Quarante-trois petites secondes après son entrée en jeu sous l’ovation de Gerland, l’enfant de Bron Terraillon a terrassé son ancien club. Son but, si important à l’extérieur, permet à Madrid de voir l’avenir avec optimisme. Et le sien s’éclaircit aussi d’un seul coup. Au contraire de celui de l'OL.

L’histoire du football est souvent marquée par des moments comme celui-là. L’ancien enfant chéri de Gerland, arrivé à l’OL à onze ans, a mis en péril à lui tout seul le club qui l’a révélé au plus haut niveau, auquel il doit tout. "Lyon, c’est mon club, ma ville. Je ne pouvais pas fêter ce but comme si c’était contre une autre équipe", a avoué Karim Benzema à l’issue de la rencontre, un brin fataliste. Le Madrilène, après s’être joué de toute la défense olympienne, a préféré dissimuler sa joie. Et c’est tout à son honneur. L’avant-centre de l’équipe de France n’en oublie pas toutefois la bonne opération réalisée par son club dans l’optique de la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions : "on a marqué un but important à l’extérieur. On sait que ça compte double. C’est un bon match nul au final pour nous".

"Je ne pouvais pas fêter ce but"

Blessé l’année dernière, il n’avait pas pu fouler la pelouse de Gerland. Le Brondillant, heureux de retrouver ses anciens coéquipiers, n’a pas manqué de souligner la qualité de son adversaire du soir : "on est tombé sur une très grande équipe de Lyon. Comme d’habitude, contre Madrid ils ne lâchent rien". Acclamé par Gerland lors de son entrée en jeu, Karim Benzema a accueilli chaleureusement l’accueil de son ancien public : "je suis très content. Preuve qu’ils ne m’ont pas oublié. Je ne peux que leur dire merci". Pas sûr toutefois que les fans rhodaniens chérissent longtemps ce but…

Pour l’attaquant français, cette réalisation intervient au meilleur des moments. Pas toujours dans les petits papiers de José Mourinho, remplaçant de luxe, l’international tricolore a parfaitement répondu sur le terrain, même s’il préfère rester modeste : "j’ai eu de la réussite". Un geste de classe, une réalisation salvatrice dans une rencontre couperet. Tout ce qui lui manquait. La marque des grands joueurs. Pour son ancien club, malgré ce match nul glané en toute fin de partie, la suite de la compétition européenne s’annonce compromise. Avec comme bourreau, son ancienne gâchette en or.

Lire aussi : Lyon reste en vie / OL - Real : les notes des joueurs

à lire également
Le Glory 60 a attiré près de 5000 personnes ce samedi soir au Palais des Sports de Gerland. Au programme : 15 combats et un duel particulièrement attendu entre deux français : le triple champion du monde de boxe thaïlandaise, Jimmy Vienot, et l'ancien champion du monde de kickboxing dans sa catégorie, Cédric Doumbe. L'une des compétitions […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut