Coupe de France 2008 : l'OL entre dans l'histoire

RÉTRO - Un an après le naufrage face à Bordeaux, l'OL ne peut pas laisser passer l'occasion de réaliser le premier doublé coupe/championnat de son histoire, une semaine après son septième titre de champion de France. Les joueurs entraînés par Alain Perrin affrontent en finale de la Coupe de France le Paris Saint-Germain de Paul Le Guen, qui a gagné trois titres de champion de France avec Lyon entre 2003 et 2005. Le Stade de France est en ébullition.

Dès le début du match, la tension est palpable sur le pré de Saint-Denis, acquis en majorité aux Parisiens, eux qui jouent presque à domicile. Les Lyonnais entrent bien dans cette finale sans toutefois se procurer de véritables occasions de buts. Pourtant, ce sont les Franciliens qui manquent d'ouvrir la marque dès la 10e minute sur un corner repris de la tête par Zoumana Camara, qui expédie le cuir sur la barre transversale de Grégory Coupet, battu sur ce coup là. La réponse de l'OL est immédiate. Elle intervient trois minutes plus tard. Sur un mouvement initié par le Brésilien Fred, Karim Benzema déclenche une frappe tendue du pied gauche qui vient flirter avec la lucarne de Jérôme Alonzo. La rencontre s'emballe. Les supporters poussent leur équipe. C'est alors qu'intervient le premier fait de jeu litigieux du match. Sur un centre de l'Italien Fabio Grosso, le défenseur parisien Marcos Cearà contrôle le ballon de la main dans sa propre surface de réparation sans que l'arbitre ne désigne le point de penalty pour l'OL. Rageant pour les pensionnaires de Gerland.

Les débats sont équilibrés et bien malin est celui qui aurait pu prédire l'issue de la rencontre à ce moment là. D'autant que les hommes de Paul Le Guen se montrent une nouvelle fois dangereux peu avant la mi-temps. Sur un corner mal renvoyé par la défense rhodanienne, Pauleta, seul à 7 mètres, frappe une demi-volée hors de portée du gardien olympien. Heureusement pour lui, Anthony Réveillère est resté sur sa ligne et renvoi le ballon qui prenait le chemin des filets. La rencontre s'emballe juste avant la mi-temps. L'arbitre oublie de siffler une faute sur Sydney Govou dans la surface de réparation avant de refuser logiquement un but aux Parisiens, hors-jeu. Les 22 acteurs rejoignent sur cette action les vestiaires, applaudit par les spectateurs du Stade De France, satisfaits de la qualité de cette première mi-temps.

102 e minute, la délivrance

Après la pause, les hommes du président Aulas se procurent une nouvelle occasion sur un coup franc bien travaillé par Juninho mais tout aussi bien renvoyé par la défense francilienne qui veille. La seconde période est plus tendue que la première, les fautes pleuvent et les occasions de buts sont moins tranchantes. Les premiers sifflets commencent également à descendre des tribunes à chaque décision arbitrale controversée. Peu après l'heure de jeu, un penalty est une nouvelle fois oublié cette fois-ci en faveur des Parisiens sur une main d'un défenseur lyonnais. Les hommes de la capitale crient au scandale. Les deux équipes ne parviennent pas à se départager au terme des 90 premières minutes. Comme en 2001, la décision se fera après prolongation. A la 102e, sur un mouvement initié par Karim Benzema, Sidney Govou ouvre la marque en trompant Jérôme Alonzo d'une belle demi-volée.

La tribune lyonnaise explose, envahit par le bonheur. Elle commence à se dire que l'exploit tant attendu est en passe de se réaliser. Les Franciliens n'ont plus rien à perdre et jettent toutes leurs forces dans la bataille pour revenir au score. En vain. Plus rien ne sera marqué. Le banc de touche olympien peut exulter. L'Olympique lyonnais remporte le premier doublé Coupe de France/championnat de France de son histoire. Comme un symbole, ce sont Juninho, Sydney Govou et Grégory Coupet qui soulèvent ensemble ce prestigieux trophée. Les trois seuls joueurs à avoir remporté les 7 titres de champion de France. Une page se tourne. L'emblématique gardien lyonnais dispute ce soir là son dernier match avec l'OL. Ce 24 mai 2008 sonne également comme le dernier soir de titre fêté entre Rhône et Saône. Une attente de près de 4 ans pour les supporters lyonnais qui espèrent pouvoir fêter un nouveau sacre en Coupe de France ce samedi face aux amateurs de Quevilly.

à lire également
Entrée du Groupama Stadium, à Décines © Tim Douet
La préfecture a adressé ce jeudi ses recommandations aux supporters nîmois pour la rencontre entre l’OL et leur club, qui aura lieu ce vendredi soir au Groupama Stadium.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut