Clément, le retour du trentenaire fringant

Vainqueur de Jo-Wilfried Tsonga au terme d’un match indécis 5/7, 6/4, 7/6 (10/8), l’Aixois défie aujourd’hui le Croate Ivan Ljubicic pour une place en finale.

C’est au bout de la soirée, sur un coup de dé que se joue ce quart de finale indécis. Après 2h47 de jeu, une balle de match sauvée et un tee-break renversant qu’Arnaud Clément sort Jo-Wilfried Tsonga du tournoi. Le spectacle, le suspens étaient là mais une question tout de même : le numéro 8 a-t-il tout donné pour gagner ? A le voir mal appliqué sur certains échanges, nonchalant entre les points, agacé aussi par moments, on peut se demander si Tsonga ne s’est finalement pas réservé pour Bercy, dans dix jours, où il défendra son titre et jouera sa place pour les Masters. On le savait : titulaire cette saison de deux tournois ATP250, il n’avait ici rien à gagner. L’intéressé réfute pourtant cette vision des choses : « Si ça a joué, ce serait inconscient. Ce soir, je ne suis pas venu pour perdre », assure-t-il.

A le regarder hier, Clément apparait autrement plus fringant que son rival de huit ans son aîné. Excellent en retour (71 % de points remportés sur la seconde balle adverse), inspiré dans le jeu de contre, efficace au filet et très en jambes, le n°119 a retrouvé tout son tennis et récité ses gammes. Comme Santoro l’an dernier face à Tsonga mais avec un peu de force en plus. Pourtant, il échappe de peu à la défaite. Menant 5-1 dans le jeu décisif, il se fait remonter jusqu’à 5-5. Le numéro huit mondial semble tout à coup se réveiller grâce à la tension du moment, puisant l’énergie du public. Le Manceau affectionne particulièrement les grands matches. Sauvant deux balles de match, il s’en procure une à son tour à 8-7. A chaque fois, il prend les devants, joue le tout pour le tout, avec panache. Il sort d’un rien son attaque. La « Clé » ne ratera pas sa 3e balle de match. Le vainqueur retrouvera tout à l’heure son successeur de l’édition de 2001, Ivan Ljubicic. Le combat de trentenaires sur le retour.

à lire également
Jean Wallach
Le président de la gouvernance provisoire de la ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis, Jean Wallach, n’aime pas les déclarations tapageuses. Reconnu par tous comme un dirigeant exemplaire, dévoué à ses missions au sein de la Fédération française de tennis comme dans sa région du Lyonnais, c’est du bout des lèvres qu’il a accepté d’évoquer la candidature de Gilles Moretton.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut