Jean Wallach
@Lionel MANDRILLON

Tennis - Jean Wallach : “Je n’ai pas envie de polémiquer”

Le président de la gouvernance provisoire de la ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis, Jean Wallach, n’aime pas les déclarations tapageuses. Reconnu par tous comme un dirigeant exemplaire, dévoué à ses missions au sein de la Fédération française de tennis comme dans sa région du Lyonnais, c’est du bout des lèvres qu’il a accepté d’évoquer la candidature de Gilles Moretton.

Lyon Capitale : Dans quelles circonstances avez-vous appris la candidature de Gilles Moretton ?

Jean Wallach : C'est assez simple, et ce n’est un secret pour personne. On se connaît bien avec Gilles Moretton. Nous nous sommes côtoyés lorsque j'étais président du comité du Rhône puis président de ligue et qu'il organisait le Grand Prix de tennis de Lyon (GPTL). Nous avons travaillé ensemble sur une stratégie gagnant-gagnant pour le tournoi et pour les clubs et leurs dirigeants. J’ai été mis au courant de ses intentions par un coup de fil de sa part, même si je subodorais qu'il se tramait quelque chose. J'avoue avoir été étonné qu'il veuille s'engager de cette manière dans cette campagne. Mais je n'ai pas envie de polémiquer, et je suis très content de faire partie de cette équipe (Agir et gagner en Auvergne-Rhône-Alpes) et de la conduire avec Stephan Post. Cette liste me satisfait pleinement car elle véhicule les valeurs qui ont guidé mon action depuis que je me suis engagé dans le bénévolat.

On vous sent quand même un peu déçu par ce que l'on peut définir comme une certaine agressivité de la part de Gilles Moretton depuis le début de cette campagne...

Je vous laisse libre de penser cela, mais ne comptez pas sur moi pour mettre de l'huile sur le feu. Gilles (Moretton) se situe probablement plus du côté professionnel du sport, il a toujours été très pro dans toutes ses activités. Je crois pourtant pouvoir dire qu'il ne connaît pas vraiment ce que représente la vie d'un dirigeant bénévole. Notre fonctionnement est une vraie richesse, c'est une force qu'il faut cultiver et je ne crois pas à l'idée d'une professionnalisation globale, comme on a pu l'entendre. Notre territoire est vaste, il existe des tout petits clubs comme des belles structures dans les grandes villes. C'est cette diversité qu'il faut préserver et à nous de développer les outils pour accompagner chaque structure.

Cela risque quand même d'être une campagne plutôt mouvementée...

Là, je parle au nom de notre liste, nous n'avons aucunement envie de mener un combat contre qui que ce soit. Notre liste est constituée de dirigeants qui ont fait leurs preuves et qui sont motivés. Que Stephan Post en soit la tête de liste est cohérent avec notre vision de l’avenir et nous le soutenons collectivement. Je le répète, nos valeurs sont celles du terrain, des clubs, et de leurs dirigeants que nous côtoyons quotidiennement. Il n'y a dans notre liste que des dirigeants dont la volonté est de servir le tennis dans ce nouveau cadre défini par la réforme territoriale. Nous sommes tous très attachés à notre ancrage local et c'est la réussite de la ligue Auvergne-Rhône-Alpes qui est au centre de nos préoccupations et rien d'autre. C'est à la fois une certitude et un immense espoir.

à lire également
caroline-garcia-celebre-sa-victoire-face-a-caroline-wozniacki-le-27-octobre-2017-a-singapour_5967640
Caroline Garcia est la dernière Française encore en lice à Roland-Garros. Après sa large victoire contre la Roumaine Irina-Camelia Begu, c'est face à la redoutable Angelique Kerber qu'elle devra faire ses preuves, ce lundi, à 13 h.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut