OL Féminin remporte la Ligue des champions 2017

OL – Féminin : un triomphe historique au bout de l’ennui

L’équipe féminine de l’OL a remporté sa quatrième Ligue des champions face au Paris Saint-Germain ce jeudi soir. Au terme d’un match peu emballant, seule la dimension historique du succès lyonnais restera dans les mémoires.

Aux alentours de 23h35, Sarah Bouhaddi a pris ses responsabilités. La gardienne de l’Olympique lyonnais, s’est élancée, a envoyé une frappe légèrement croisée, s’est retournée puis a laissé exploser sa joie en glissant sur les genoux. Un moment tellement rare pour une gardienne, qui contrastait alors avec la détresse de son homologue parisienne. Elue meilleure rempart du championnat, Katarzyna Kiedrzynek, avait envoyé son tir au but à côté quelques secondes auparavant. Au terme de 120 minutes sans éclat, marquées par un déchet technique conséquent, il a fallu attendre la fameuse séance de tirs au but pour vibrer. Mais cela valait le coup. Grâce à ce succès, l’OL rejoint Francfort en tête des équipes les plus titrées en Ligue des champions. Le club d’un Jean-Michel Aulas ravi, s’adjuge sa quatrième compétition européenne et accomplit un exploit inédit. En effet, la capitaine Wendie Renard et ses coéquipières réalisent un second triplé consécutif. Une performance majuscule et historique.

Tout ne s’est pourtant pas déroulé comme prévu

Au terme de cette troisième et dernière confrontation en quelques semaines face au PSG, les Lyonnaises n’auront laissé aucune miette à leur plus grand rival. Elles devront néanmoins se méfier dans les prochaines années si elles veulent maintenir leur suprématie. Outre le succès 3-0 en championnat, Lyon a remporté la Coupe de France et la Ligue des champions aux tirs au but. Après 240 minutes de jeu clôturées par deux résultats nuls (1-1 le 19 mai, 0-0 jeudi soir). Après 240 minutes décevantes dans le jeu. "Ce n’était pas évident, on l’a bien vu. On est fières de la saison qu’on a faite. On avait pour objectif de faire le triplé et on l’a remporté ce soir", s’exprimait Sarah Bouhaddi au micro de France 2. A Cardiff, ce sont les parisiennes qui se sont procurées les occasions les plus dangereuses. La gardienne a ainsi été l’une des quatre joueuses à sortir du lot chez les Fenottes. Elle s’est montrée décisive sur un tir de Shirley Cruz à la 33e minute puis lors de la séance fatidique en fin de partie. Wendie Renard a une nouvelle rempli à la perfection son rôle de capitaine. Solide en défense, comme en témoigne son tacle plein d’autorité à la 27e, elle a transformé sereinement son tir au but. Amel Majri a été omniprésente dans son couloir gauche. A l’aise défensivement, elle a constamment tenté d’apporter le danger sur le plan offensif. Enfin, Dzsenifer Marozsán, déjà nommée meilleure joueuse du championnat, a reçu après la rencontre le trophée de joueuse du match. La meneuse a tenté d’organiser le jeu et de dicter le tempo de la partie. Elle aurait pu inscrire un superbe but si sa frappe du gauche ne s’était pas envolée au-dessus de la lucarne opposée (103e). En revanche, Ada Hegerberg ou Eugénie Le Sommer n’ont pas pesé devant, malgré une volonté de bien faire. Derrière Griedge Mbock a paru empruntée à plusieurs reprises, n’assurant pas toujours ses passes et voyant ses centres tendus terminer facilement dans les bras de la gardienne parisienne.

"Peu d’entraîneurs peuvent revendiquer le bilan de Gérard Prêcheur"

L’étincelle aurait pu venir d’Alex Morgan. Mais la star américaine a dû rapidement laisser sa place. Titulaire, elle n’était pas suffisamment remise de sa blessure et Gérard Prêcheur a utilisé sa première cartouche peu après la vingtième minute de jeu. Sa remplaçante Elodie Thomis n’a pas su se servir de sa vitesse à bon escient et a perdu de nombreux ballons. Deux mauvais choix du coach. Mais personne ne lui en tiendra rigueur, il laisse le club au sommet. Reynald Pedros, qui le remplacera dès la reprise, ne pourra pas faire mieux en terme de résultats. Ou seulement au bout d’un parcours sans faute durant trois ans. Il pourra en revanche apporter sa patte et son style à une équipe qui en a cruellement manqué sur cette fin de saison. C’est d’ailleurs pour cela que Jean-Michel Aulas s’est tourné vers l’ancien joueur passé par Lyon mais surtout par Nantes. C’est là-bas qu’il a pratiqué le fameux « jeu à la nantaise ». Un style rythmé, offensif, spectaculaire et agréable à regarder, qu’il aura pour mission d’inculquer à ses futures joueuses. Après la partie, le président de l’OL a toutefois tenu à rendre hommage à Gérard Prêcheur. « Il vient de faire un passage à Lyon qui est extraordinaire, peu d’entraîneurs peuvent revendiquer le bilan », a déclaré le président de l’OL au micro d’Eurosport. Il a ensuite expliqué que l’équipe allait s’envoler pour Saint-Tropez afin de célébrer cette saison. Gérard Prêcheur est évidemment convié. Reynald Pedros sera aussi présent, pour débuter la transition. Après deux années historiques en terme de résultats, les Fenottes ont bien mérité cette récompense. Nul doute qu’elles savoureront à sa juste valeur ce deuxième triplé consécutif.

Toute l’actualité de l’OL et de son mercato, c’est tous les jours sur olympique-et-lyonnais.com.

à lire également
Le défenseur central de l’OL Mapou Yanga-Mbiwa, le 7 mai 2016 à Décines – Match OL-AS Monaco © Romain Lafabrègue / AFP
Il a accepté de sortir de son silence pour Lyon Capitale. Le défenseur central de l’OL Mapou Yanga-Mbiwa, qui s’entraîne quotidiennement avec l’équipe réserve, a complètement disparu des radars depuis décembre 2017. Arrivé en 2015 en provenance de la Roma, le joueur âgé de 29 ans est sous contrat avec le club rhodanien jusqu’en juin 2020. Mais il ne se fait guère d’illusions : son avenir s’inscrit loin de Lyon.
1 commentaire
  1. 1960CANUT - 3 juin 2017

    Qu'importe le contenu , il fallait gagner et c'est l'essentiel ! Bravo les filles , une de plus. Petit message au journal l'Equipe, si vous pouviez mettre la bonne adresse de L'O.L féminin sur votre journal ! Le siège n'est pas à la même adresse que celle du PSG à Paris ..... et cela fait plusieurs mois que c'est comme ça! Je sais bien que Lyon a l'habitude de perdre ses sièges de société mais pas encore l'O.L .

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut