Miralem Pjanic, à cœur ouvert

PORTRAIT - Le jeune milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais, aux performances en dents de scie depuis le début de saison, espère retrouver le haut de l’affiche en 2011. (Article paru dans le magazine Lyon Capitale de janvier 2011).

Il a à peine 20 ans et entame sa troisième saison à l’OL. “Il”, c’est Miralem Pjanic. Natif de Bosnie-Herzégovine, qu’il quitte avec ses parents à l’âge d’un an, fuyant la guerre, il vit, encore aujourd’hui, un rêve éveillé. “Le football, c’est une passion. J’ai toujours rêvé d’en faire mon métier”, confie-t-il, tout sourire. À tel point que petit garçon, il lui arrive fréquemment de s’endormir avec un ballon. “Je suis issu d’une famille modeste, l’un des rares jouets qu’il y avait à la maison, c’était un ballon de foot”. Son père, Fahrudin, un ancien attaquant de deuxième division en Bosnie, n’est pas étranger à cette passion dévorante pour le football. “Il m’emmenait avec lui lorsqu’il allait s’entraîner. Je prenais plaisir à le regarder jouer”. De son enfance au Luxembourg, le jeune milieu de terrain de l’OL ne garde que d’excellents souvenirs. Le pays du Grand-Duché a adopté la tribu Pjanic, en quête d’une vie meilleure : “grâce au foot, mon père a réussi à avoir des papiers, ce qui nous a permis de rester vivre au Luxembourg”.

La Bosnie, choix de cœur

Pour autant, il n’a pas coupé les ponts avec son pays natal. Loin de là. “J’y retourne au moins une fois par an, pour revoir la famille”, indique-t-il. Mais il va surtout choisir en 2008 de jouer pour l’équipe nationale de Bosnie, alors que le Luxembourg et surtout la France, “pourtant une grande nation de football”, lui font les yeux doux. “J’ai choisi le pays où je suis né. C’est un choix de cœur”, souffle-t-il. Doué pour le football, Miralem Pjanic, fait ses classes au pôle de formation de la fédération luxembourgeoise. Repéré à l’âge de 14 ans par de nombreuses équipes européennes dont l’Inter Milan, il opte pour le F.C. Metz. “Je ne le regretterai jamais. Metz est un club familial, formateur, proche du Luxembourg”. Après quatre ans en Lorraine, “Miré”, séduit par le discours de Bernard Lacombe, décide de rejoindre l’Olympique lyonnais. Un choix mûrement réfléchi. “Quand Lyon m’a sollicité, je n’ai pas hésite une seconde. C’est le club référence en France. Déjà à Metz, je suivais leurs performances, j’étais devenu supporter de cette équipe lyonnaise avec les Essien, Diarra...

“Je trouve certaines critiques injustes”

Pourtant, son arrivée à Lyon coïncide avec la perte de titres et surtout une blessure assez sérieuse. La première de sa carrière en professionnel. “Ce n’était pas évident à vivre. Heureusement, j’ai pu compter sur ma famille”. Le jeune milieu de terrain ne bénéficie pas du temps de jeu escompté : “c’était difficile, parce que je ne jouais pas autant que je le souhaitais. J’étais forcément déçu”. Malgré tout, l’entraîneur de l’OL lui réitère sa confiance. Son heure viendra. Ça sera le cas lors de sa deuxième saison, où il inscrit notamment un but décisif face au Real Madrid. “Un moment de joie intense, se remémore-t-il. J’étais tellement heureux de marquer un but aussi important pour les supporters, mes coéquipiers. Mon père était dans les tribunes. J’étais fier”.

Cette saison, l’arrivée de Yoann Gourcuff, a semble-t-il changé la donne. “Je ne pense pas que les dirigeants l’ont recruté parce qu’ils étaient déçus de mes performances”, réagit-il d’emblée. “On a déjà joué ensemble. Yo (Yoann Gourcuff) sent le football. C’est facile et agréable de jouer avec lui. Maintenant, sur mes performances, je dois faire mieux. C’est une période difficile. Mais je me bats sur le terrain, je donne tout pour l’équipe. Après la trêve, vous verrez, je serai là”, prévient-il, comme pour mieux répondre aux critiques. D’ailleurs, il n’a guère apprécié certaines d’entre elles : “je trouve certaines critiques injustes. Je n’ai que 20 ans, je sors d’une bonne saison. Prétendre que je n’ai pas le niveau...Franchement, c’est méchant. Je trouve que ça va loin”. Malgré tout, Miralem Pjanic ne semble pas regretter son choix d’avoir signé à l’OL. “J’ai envie de m’inscrire sur la durée et marquer de mon empreinte le club, confesse-t-il. Je sais que je suis capable de faire de grandes choses avec Lyon”.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut