L’ASUL Volley chute avec les honneurs

Pour leur grand retour dans l’élite à Gerland, les volleyeurs lyonnais ont longtemps rivalisé avec le champion de France en titre Poitiers avant de céder (19-25, 25-23, 25-21, 25-23). Les Poitevins, plus expérimentés, ont mieux géré les points importants. Mais l’ASUL, avec le niveau de jeu affiché mardi soir, peut surprendre, encore cette saison.

Après leur lourde défaite à Tours samedi dernier en ouverture de la Ligue A (3 sets à 0), l’ASUL volley se devait d’afficher un autre visage dans son petit palais des sports de Gerland. Avec face à eux un autre monument du volley français, Poitiers, champion de France en titre. Les Lyonnais, orgueilleux et galvanisés par l’événement, ont longtemps cru à l’exploit. A juste titre. Détonants, sans complexes, les hommes de Fabrice Chalendar débutent la partie tambour battant. Et remportent, haut la main, la première manche (25-19). Les coéquipiers de Dominique Daquin, sur leur lancée, prennent rapidement les devants lors du deuxième set. Mais Poitiers s’accroche, la partie s’emballe. Le petit palais des sports, bien garni (700 personnes), est ravi de la prestation de ses protégés.

Un deuxième set décisif

Le champion de France, Poitiers, épouvantail de la Ligue A depuis des années, est malmené par le promu lyonnais qui retrouve l’élite après des années de purgatoire. A l’expérience, les Viennois reviennent à une manche partout, au forceps (23-25). "On leur a donné le deuxième set", pestera le coach rhodanien après la rencontre. Le tournant du match. L’ASUL ne s’en remettra jamais. Sans s’effondrer, Jérémie Jambon, excellent mardi, et ses partenaires baissent de ton. La défense lyonnaise, héroïque jusqu’alors, est plus perméable, davantage perforée, le contre moins efficace. Poitiers remporte finalement, non sans mal, les deux dernières manches (21-25, 23-25). Lyon, la tête haute, peut voir l’avenir avec optimisme. Avec la motivation et la qualité de jeu de mardi soir, l’objectif du maintien ne paraît absolument pas insurmontable.

-------

Les réactions :

Fabrice Chalendar (entraîneur) :

"On a fait plus que rivaliser. Ce deuxième set était largement à notre portée. Après, on a craqué sur la fin en réception. Mon équipe a progressé. Il faut que cette défaite nous serve de leçon, qu’on s’appuie sur ce match pour la suite."

Jérémie Jambon (ailier) :

"C’est un sentiment de déception qui prédomine. Il y avait vraiment la place pour prendre des points face au champion de France. On était surmotivés. Si on arrive à réitérer ce genre de performance, on gagnera des matchs."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut