2e journée de Pro A : L'ASVEL en chute libre

Défaite de 15 points (67-82) à domicile face à Strasbourg, l'ASVEL a une fois encore livré une prestation désolante. Cette fois, il y a le feu dans la maison verte.

Pour ce match contre Strasbourg, on attendait Clifford Hammonds au tournant. D'aucuns doutaient de la capacité du meneur de jeu à prendre ses responsabilités et y voyaient là une des causes des malheurs villeurbannais face à Paris, dimanche dernier (-17 au score). Fort bien. Mais avec 15 points et 5 passes, l'Américain livra un match solide. Et l'ASVEL sombra quand même, dominée de bout en bout par Strasbourg. Tout juste Hammonds, qui joua quarante minutes, faute de remplaçant à la hauteur, limita-t-il les dégâts. La faute au banc alors ? Il fut effectivement, une fois encore, fantomatique. Seul Kim Tillie fit le métier, sobrement. Mais à vrai dire les titulaires ne furent guère plus vaillants, hormis Hammonds, donc : Jefferson fut satisfaisant, mais loin de son abattage de la semaine dernière. Quant à Mickaël Gelabale, on se demande où est passé le tonitruant ailier qu'on connaissait jusqu'à... la reprise de la Pro A.

Où est passé aussi AD Vassallo, shooteur égaré dans un tir au pigeon un peu vain (3/13 aux tirs !) ? Et Zizic, transparent et dont le profil semble davantage taillé pour l'Euroleague (dommage) que pour la Pro A et ses pivots mobiles et athlétiques ? On peut dès lors comprendre la colère d'un Vincent Collet samedi soir, quand les défaillances individuelles se transposent au collectif : en gros, personne ou presque ne fait l'effort. La hiérarchie étant claire, y aurait-il déjà un déficit d'émulation dans l'effectif villeurbannais ? C'est que Strasbourg, sauf son respect, ce n'est pas non plus Olympiakos ou même Le Mans. Mais c'est une équipe solide, expérimentée, dotée de joueurs revanchards, auxquelles les récentes difficultés (une valse de joueurs dans l'effectif) ont donné envie de se sortir les doigts du derrière.

Il est urgent que l'ASVEL fasse de même. Ça tombe bien, les difficultés sont là, grosses comme le Ritz. Pour l'heure, annonce Vincent Collet, point de changements en vue (il reste à l'ASVEL la place pour un non-JFL*, ce qui sur le banc ne serait pas du luxe). Mais le coach lui-même, sur la lancée dégringolante de la saison dernière pourrait finir par vaciller. Alors, certes, il n'y a que deux journées au compteur, certes dans un championnat marécageux, le champion Cholet lui-même a pris une avalanche sur le crâne face à Gravelines. Certes, on est loin de la fin du bal, certes sur le fond, rien de grave. Mais la forme est tellement laide, qu'il y a vraiment urgence.

* Un joueur « non formé localement » qui peut donc être un américain ou tout autre joueur non formé en France.

Lire sur le même sujet : Vassallo sur le départ ?

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut