1ère journée de Pro A : Paris gifle l'ASVEL (85-68)

Indigente en attaque, impuissante face à l'adresse parisienne, l'ASVEL rentre de la capitale avec une belle valise (85-68). Une défaite déjà inquiétante.

Quand on prédisait samedi que Paris-Levallois allait jouer les trouble-fête en Pro A, on ne pensait pas qu'il allait à ce point gâcher celle d'une ASVEL trop heureuse d'entamer un nouveau cycle, le coeur gonflé d'ambition et les jambes frétillantes. Mais oubliées les belles promesses entrevues en Euroleague, c'est avec une valise, pour ne pas dire une malle format familial, que les Villeurbannais rentrent de leur déplacement à la capitale. Le secteur intérieur parisien aura comme prévu fait des misères à des intérieurs villeurbannais paradoxalement archi-dominateurs au rebond (47 à 22 !), preuve qu'ils se sont quand même battus comme des chiffonniers. Au point même que Zizic, terriblement maladroit, et Tillie, exemplaire avec 18 pts et 4 rbds, sont sortis pour cinq fautes. Même le match de mammouth de Jefferson (15 pts, 12 rbds) n'aura pas suffi. Mais alors quoi ? Eut-il fallu sacrifier une andouillette pour espérer l'emporter ?

Un banc peu profond

En fait, la vérité de ce mystérieux paradoxe était ailleurs : dans le différentiel entre l'adresse insolente des Parisiens et une maladresse villeurbannaise à s'arracher les ongles. A l'image de Gelabale (3 pts à 1-6 aux tirs) ou de Vassallo (12 pts à 5-16 dont 1-8 à 3pts). Et comme les meneurs verts (trop verts) n'auront pu venir à bout du jeunot parigot Albicy, en mode diable de Tasmanie (21 pts, 8 passes)... Que dire alors de l'impuissance des jeunes remplaçants de l'ASVEL (hormis Tillie) qui laisse déjà planer un doute quant à la profondeur d'un banc vert où il est à craindre que toute la Pro A aura pied.

Un écart inquiétant

Cette défaite aurait pu ne pas être aussi grave que le "traumatisme dijonnais" de l'an dernier : d'abord parce qu'elle intervient à l'extérieur. Ensuite parce que deux concurrents directs pour le titre, Roanne à Strasbourg et Gravelines à Nancy, ont chuté sur la route ce week-end. Reste cet écart de 17 points, une béance comme stigmate d'une défense poreuse et d'une attaque aphone qui ne laissent déjà pas d'inquiéter. En guise de conclusion, dans le doute, on validera la thèse du faux départ. Un peu parce qu'à moins d'un envoûtement longue durée, une telle maladresse ne se répétera pas chaque semaine. Un peu aussi, surtout, pour se rassurer avant la venue samedi de Strasbourg. Oui, Strasbourg... le tombeur de Roanne.

Pro A – 1ère journée : à Paris (stade Coubertin) :

Paris-Levallois – ASVEL : 85-68

(19-18, 28-19, 20-13, 18-18)

Arbitres : MM. Chambon, Hosselet, Hamzaoui

Paris-Levallois : M. Sommerville (19), J. Ball (2), A. Albicy (21), B. Wright (6), J. Leria (1), D. Noël (11), W. Aka (2), L. Hamilton (19), N. Wyatt (2), G. Yango (2).

ASVEL : D. Jefferson (15), P.Lacombe (2), C. Hammonds (6), A. Zizic (6), L. Westermann (0), B. Fofana (2), AD Vassallo (12), K. Tillie (18), M. Gelabale (3), E. Jackson (4).

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut