Jean-Marie Le Pen distingue son "compatriote" Gourcuff

Jean-Marie Le Pen a déclaré lundi ne pas beaucoup s'intéresser à l'affaire des quotas de binationaux chez les Bleus, tout en distinguant au sein de l'équipe de France "(son) compatriote Gourcuff" de ceux "qui jouaient avec lui". Jean-Marie Le Pen a concédé qu'il ne connaissait "pas la composition actuelle" de l'équipe de France, enchaînant aussitôt : "Je sais qu'il y a mon compatriote Gourcuff, ce dont je me félicite, encore que sa présence n'ait pas toujours été tolérée semble-t-il par ses compatriotes, plutôt les gens qui jouaient avec lui. Il y avait peut-être derrière cela aussi quelques relents de racisme anti-blanc", a-t-il conclu.

Le Progrès

à lire également
Najat Vallaud-Belkacem
Celle qui a été élue “Lyonnaise de l'année” en 2007 par Lyon Capitale était l'invitée de France Inter ce matin pour parler de sa nouvelle vie professionnelle.
1 commentaire
  1. rami - 5 mai 2011

    Votre titre est volontairement ambigüe.La phrase prise dans son ensemble montre bien que toute l'équipe de France a droit au terme 'compatriotes', même la bande à Ribéry qui ne pouvaient pas blairer Gourcuff.Or en employant le verbe 'distinguer' dans votre titre, on a l'impression que Le Pen établie une différence entre Gourcuff qui serait son compatriote, et d'autres membres de l'équipe de France, qui ne le seraient pas.Ce n'est pas très honnête.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut