Gérard Collomb prétend incarner la gauche réformiste…

"Aux yeux de la droite lyonnaise, c’est une chose pour le maire d'incarner la gauche moderne dans les hebdos parisiens, c'en est une autre de gouverner localement avec les Verts et les Communistes. (…) Alors que la justice administrative vient d’annuler l’attribution à Dalkia du marché public du chauffage urbain, affaire rocambolesque qui vire au cauchemar pour Gérard Collomb, il en avait profité pour soigner sa gauche. Passablement énervé par ce mauvais coup du secteur privé, l’édile de Lyon et accessoirement président de la communauté urbaine prévient : « Les grands groupes sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. La tendance dominante, ce n’est pas la délégation de service public, mais de revenir aux régies publiques. » Une façon aussi, à six mois des municipales, de ramener à lui l’extrême-gauche qui peste contre sa politique de « privatisation ». Le réformisme de Gérard Collomb atteint donc rapidement ses limites. La pression fiscale, la pluie ininterrompue des subventions et les dépenses somptuaires en attestent tristement depuis douze ans."

Atlantico

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut