Olivier Ginon et Laurent Wauquiez au meeting de François Fillon, le 22 novembre 2016 à Lyon © Tim Douet
Olivier Ginon et Laurent Wauquiez au meeting de François Fillon, le 22 novembre 2016 à Lyon © Tim Douet
Article payant

Wauquiez a-t-il cédé au chantage de Ginon ?

Pour l’opposition PS à Clermont-Ferrand, la Région a offert un marché sur mesure à GL Events pour gérer pendant trente ans le parc des expositions et le Zénith auvergnat. Dans l’entourage de Laurent Wauquiez, plutôt qu’un cadeau, on préfère évoquer une dot améliorée pour ne pas voir le leader mondial de l’événementiel fuir l’Auvergne.

Les affaires courantes relèvent, dans la vie d’une collectivité, de la commission permanente. Dans cet organe qui regroupe généralement un tiers des élus, sont prises des décisions d’une importance mineure politiquement et/ou financièrement, qui ne justifient pas une assemblée plénière, où les débats bénéficient d’une publicité plus importante. Sous le magistère de Laurent Wauquiez au conseil régional aurhalpin, la définition de ces affaires courantes est assez vaste. La gestion de la Grande Halle d’Auvergne (centre des congrès et parc d’expositions) et du Zénith de Clermont-Ferrand en fait partie. Le dossier est pourtant d’importance pour le développement économique et le rayonnement de la collectivité, deux domaines habituellement sensibles pour les élus. La collectivité a ainsi acté, en janvier dernier, l’annulation – à un an de son terme – de la délégation de service public pour la gestion de la Halle à GL Events. La procédure est assez inhabituelle, aussi près de l’échéance du contrat. Deux mois plus tard, la commission permanente régionale a décidé de lancer un nouveau marché public, dont le périmètre est cette fois élargi au Zénith, déjà géré, lui aussi, par GL Events (la précédente majorité auvergnate avait scindé les DSP des deux sites). Le règlement intérieur de la commission permanente prévoit que les échanges ne soient pas publics ; la démocratie atteint donc ses limites dans cet organe. Les manœuvres autour des deux sites gérés interpellent pourtant. Au mieux, les conseillers régionaux en débattront en septembre, pour valider le choix du délégataire de service public. Entretemps, tout aura été ficelé.

Il vous reste 74 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Étienne Blanc, au conseil régional, en mai 2018 © Tim Douet
L’alternance dans la continuité, propose Étienne Blanc à la droite lyonnaise. Tendant la main aux élus Synergies du Grand Lyon. Objectif : ramener au bercail le peuple de droite séduit par Collomb. De la région, où il fait office de président bis, Étienne Blanc plaide pour une métropole dont le développement s’appuie sur les territoires voisins.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut