Illustration drogue cocaïne et cannabis
Illustration drogue © Tim Douet

Villeurbanne veut “rendre possible” la dépénalisation du cannabis

La concertation sur la question du cannabis lancée par la municipalité de Villeurbanne est close. Les résultats sont majoritairement en faveur d’une dépénalisation. Quelles seront les suites données à ce débat ?

3600, c’est le nombre de participants à la concertation lancée par la municipalité de Villeurbanne sur la place du cannabis dans la société française. “Villeurbanne a choisi d’interroger la pertinence de la législation en vigueur. “ explique le communiqué. En effet le projet partait du constat que le trafic et la consommation se banalisent, et que la répression est inefficace.

A la lecture du compte-rendu, 85 % des Villeurbannais interrogés estiment que la répression du trafic de cannabis n’est pas efficace ; 72 % se prononcent en faveur d’une dépénalisation ou d’une légalisation (50 %) ; 75 % des propositions sur la plate-forme participez.villeurbanne.fr vont dans le sens d’une légalisation contrôlée de la consommation et du trafic.

Après la consultation

Sur cette base, la mairie a établi un livre blanc qui sera envoyé au gouvernement, aux députés du Rhône, et versé sur le site du Grand Débat national. Il sera aussi présenté au Forum français pour la sécurité urbaine, le 21 mars 2019 à Ivry-sur-Seine (94), et intégré aux conclusions du forum.

L’idée c’est d’élargir le débat à l’échelon national“ déclare Didier Vullierme, adjoint à la mairie de Villeurbanne sur les questions de Sécurité, de prévention, de la voirie et des déplacements urbains. L’objectif ? Changer la loi. La mairie est claire à ce sujet. Comment ? En sensibilisant le gouvernement, les députés et les élus locaux sur cette question. “On sait bien que ce n’est pas nous qui allons changer la loi. On veut simplement rendre cela possible en portant la parole des citoyens “ indique Didier Vullierme. Interrogé sur la faisabilité de ce projet, l’adjoint souhaite “du courage politique au gouvernement“. La route est encore longue avant l’hémicycle du palais Bourbon.

à lire également
1 commentaire
  1. Galapiat - 18 mars 2019

    des tas de petits "commerçants" de la drogue contraint au chômage, c'est triste, heureusement pour eux il restera les produits haut de gamme!!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut