UN "MITTERRANDIEN INOXYDABLE" POUR PERBEN

Après Philippe Genin, l'ancien bâtonnier, Dominique Perben a présenté son nouveau soutien venu de la gauche, encore un avocat : André Vianès. Ancien élu socialiste, ce dernier se présente comme un "mitterrandien inoxydable", "plus proche de Gallo et Guaino que de BHL". En 1992, il quitte le PS, ne supportant plus "la bureaucratisation, les bobos, le rocardisme..." Avant de "retrouver un souffle républicain avec Chevènement". Il assure avoir voté Ségolène Royal au second tour de la dernière présidentielle, même si, depuis, les prises de position de Sarkozy contre "l'euro fort" ont convaincu ce farouche opposant à feu la Constitution européenne.

À gauche, ce ralliement a été traité par le mépris. Jean-Yves Sécheresse, président du groupe PS à Lyon, y voit le signe d'une "personne cultivée, intelligente et imaginative" qui s'est perdu "dans l'aigreur et le ressentiment."

Dominique Perben l'a en tout cas chargé d'une mission intitulée : "Dialogue social au sein de l'administration locale, modernisation et renouveau des services publics locaux". "Partisan d'une gauche d'autorité", Vianès décrypte : "Ma mission, c'est de faire en sorte que les services publics soient présents et respectés partout. Actuellement, le dialogue social entre la mairie et ses agents est désastreux."

à lire également
Quand l’urgence sanitaire laissera place au bilan de la gestion de cette crise, le chapitre des municipales se rouvrira. Parce que la date d’un hypothétique second tour approchera, le 21 juin, mais aussi pour une raison médicale : des candidats ou des assesseurs ont contracté le Covid-19 le jour d’un premier tour dont le maintien n’est plus vraiment assumé.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut